Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Politique : Kader Sidibé vire à la Codem

lundi 24 avril 2017

Courtisé depuis plusieurs années par des formations politiques, l’ancien maire de la commune III du District de Bamako, Kader Sidibé, après réflexion, a décidé de rejoindre la famille Codem avec armes et bagages depuis le samedi 22 avril 2017.}

C’est officiel depuis samedi dernier, l’ancien maire de la Commune III du district de Bamako, Kader Sidibé, membre fondateur de l’Adéma PASJ, est membre de la Convergence démocratique (Codem). L’officialisation de son adhésion a eu lieu au cours d’une cérémonie dans un hôtel de la place.

Des membres du bureau politique national de la Codem : Boulkassoum Touré, premier vice-président, Souleymane Makanba, 2e vice-président et Youssouf Sangaré, secrétaire général section commune II, ont tenu à être les témoins de « l’évènement ».

Pour l’ancien cadre de l’Adéma PASJ, c’est conformément aux valeurs et idéaux de la Codem, et après une longue réflexion qu’il a décidé de militer dans le parti dirigé par Housseini Amion Guindo, une jeune formation politique qui aux dires de M. Sidibé « incarne les valeurs démocratiques, de solidarité, de justice et surtout de travail ». Prêt à se mettre à la disposition de son parti, l’ancien maire Sidibé, promet qu’il « va travailler pour faire émerger et montrer ce que la Codem peut faire pour le Mali ».

Porte étendard d’une liste d’indépendants et classé 3e aux législatives passées, l’ancien membre de la fédération des associations des étudiants noirs d’Afrique « entend servir les populations à la base comme il l’a toujours fait durant les trois mandats passés à la tête de la mairie de la commune III ».

Pour Kader Sidibé, sa décision est le résultat d’une longue réflexion après un moment de recul avec la chose politique. Les choses ont commencé à se gâter suite aux divergences de vue par rapport au mode de gouvernance au sein de l’Adéma.

C’est ainsi que le désormais ancien abeille a pris ses distances avec ses camarades de lutte. C’est pendant ce moment de repli, qu’il a créé avec ses camarades, l’association « Siguignè sigui », qu’il préside.

Pour sa famille d’accueil, l’adhésion d’un des plus grands politiciens du Mali pétri de « qualités et de valeurs » à la 4e force politique du Mali est un évènement unique en son genre.

Pour le premier vice-président de la Codem, Boulkassoum Haidara, député à l’Assemblée nationale, « la venue de Kader Sidibé est une chance pour le parti ». M. Haidara dit compter sur « la force, l’expérience de l’homme pour les échéances à venir ». Et de promettre que le nouveau arrivant « fera parti des premiers responsables du parti avant même la tenue du congrès prévu pour le mois prochain », car ajoute-t-il, « au sein de la Codem les valeurs sont respectées ».

Pour Souleymane Makanba, la venue de Kader Sidibé est tout simplement « un choix judicieux et responsable ».

Politicien chevronné, pour les élections à venir Kader Sidibé ne manquera pas d’ambitions pour sa nouvelle formation politique surtout que les régionales s’approchent à grand pas.

A.S

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques