Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Paix et réconciliation au Mali : Une équipe outiller pour renforcer le vivre ensemble

mardi 12 février 2019

Le jeudi 7 février 2019, Lassine Bouaré, ministre de la cohésion sociale, de la paix et de la réconciliation nationale (MCSPRN), a présidé l’atelier de team building des parties signataires de l’accord, qui s’est déroulé du 7 au 10 février. C’était dans la salle de conférence du groupe Diamcis et Gesam à Banakoro, commune de Sanakoroba.

Il faut noter que cet atelier, fait suite à celui organisé à Ségou du 28 au 30 décembre 2018. Toutefois, pour la consolidation des acquis, en poursuivant le renforcement des capacités individuelles et de celles de l’équipe pour atteindre des niveaux de cohésion et de performance à la hauteur des défis, cet atelier a été programmé en collaboration avec le partenaire de la GIZ.

L’ouverture des travaux a enregistré la présence de Mme Anne-Katrin Niemeier, directrice du Projet d’Appui à la Stabilisation et à la Paix, Coopération Allemande (GIZ), du maire et du sous-préfet de la commune de Sanakoroba. A cela s’ajoute la participation de 50 cadres et responsables des mouvements signataires de l’accord pour la paix et la réconciliation et ceux de l’administration membres du CSA et de ses sous-comités.

Objectif : cet atelier visait à améliorer la cohésion des parties signataires de l’accord et à les familiariser aux méthodes et approches de travail afin de recentrer les compétences individuelles et collectives de l’équipe sur les performances attendues dans la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali. Spécifiquement, il s’agissait d’identifier et de partager les bonnes pratiques, les compétences, susceptibles de renforcer l’esprit d’équipe et l’apprentissage mutuel, de Renforcer les capacités de collaboration entre les parties maliennes en vue de faciliter la mise en œuvre de l’accord, d’élever le niveau de créativité, l’ouverture et la confiance de chacun envers les autres et créer les conditions d’acceptation des points de vue différents par les uns et les autres.

« Une équipe ça se construit par rapport à un minimum de durée », a déclaré le ministre de la cohésion sociale, de la paix et de la réconciliation nationale. Tout en ajoutant que ce processus de renforcement de la capacité de ces équipes a été entamé à travers ce qu’ils appellent « team building ». Il a révélé que, « ce mot, nous l’avons emprunté à ce qui sont plus savant que nous. L’objectif est de se retrouver pour discuter à chaque opportunité ». Il a estimé que, si l’idée était venue depuis fort longtemps, avec ces éléments fondamentaux, on serait allé encore plus loin. « Mais, il n’est jamais trop tard pour bien faire », a-t-il déclaré. Avant de remercier la GIZ qui a accepté d’accompagner l’équipe.

Mme Anne-Katrin Niemeier, a rappelé que le cadre de concertation des parties maliennes est à la fois une concrétisation de la mise en œuvre du Pacte pour la Paix, signé en octobre 2018, mais aussi une volonté d’avoir un groupe soudé. « Pour construire une base novatrice et solide on a besoin de différentes capacités, de différentes perspectives de différents groupes (femmes, hommes, jeunes, des diverses ethnies etc.) et des activités concrètes. Mais, le plus important c’est la manière dont l’ensemble des ingrédients est coordonné et organisé pour concevoir la solide base », a-t-elle estimé. Avant de réaffirmer leur collaboration.

Me Harouna Touré, porte-parole des parties signataires, représentant de la Plateforme, a lancé un appel à ses compagnons de la CMA et de la Plateforme. « Nous sommes attendus sur tous les chantiers. Nous n’avons plus le droit à l’erreur. Je sais que nous avons la capacité d’honorer nos engagements », a-t-il déclaré. Pour cela, il s’est adressé aux partenaires et au ministère de tutelle, qu’ils ont besoin de leur assistance pour recoudre le tissu social, créer la cohésion, la réconciliation nationale et envisager un meilleur avenir pour tous.

Cet atelier devaient a abouti à l’identification et au partage de bonnes pratiques et les compétences, susceptibles de renforcer l’esprit d’équipe et l’apprentissage mutuel. Avec cet atelier, désormais, les parties maliennes disposent d’outils et d’approches méthodologiques pouvant renforcer la coopération et la collaboration entre les membres de l’équipe. Aussi, il faut dire que le niveau de créativité, d’ouverture et la confiance mutuelle est assez élevée. Enfin, l’atelier a contribué à amener les uns et les autres à tolérer, voire acceptées les divergences de points de vue. Un cahier de participant élaboré sur la base de différents outils de renforcement des capacités et des compétences a été remis à chaque participant. Un rapport sur le déroulement de l’atelier avec des recommandations pour les étapes suivantes, a été proposé.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de