Version imprimable de cet article Version imprimable | |

PROGRAMME DE L’EDUCATION SEXUELLE COMPLETE : Cacophonie au sommet de l’ADP-Maliba ?

mercredi 2 janvier 2019

Nous ne croyons pas bien dire lorsque nous intitulons un de nos articles « Que cache ce Communiqué de félicitation du Premier Ministre par l’ADP-Maliba ? ». Ce jour-là, nous nous sommes posés la question de savoir : « Que veut l’ADP-Maliba ? ». Et, nous avons fait comprendre dans ce texte qu’« après avoir animé une campagne à la limite de l’acceptable contre le Président Ibrahima Boubacar Keita, dans le cadre de l’élection présidentielle de 2018, l’ADP-Maliba, ne rate aucune occasion pour faire un clin d’œil au pouvoir. L’on a aujourd’hui l’impression que l’ADP-Maliba est entrain de tout mettre en œuvre pour se faire inviter à la table à manger au côté du pouvoir ».

Enfin, cet article était motivé par le fait que nous estimions que le Communiqué publié par l’honorable Amadou Thiam, Président de l’ADP-Maliba, se voulait « malheureusement un peu trop neutre, parce que sans une prise de position claire de l’ADP-Maliba, sur ‘’les travaux d’élaboration du programme de l’éducation sexuelle complète’’. Dans son Communiqué, l’Honorable Amadou Thiam, s’était pressé pour féliciter Soumeylou Boubeye Maïga, Premier ministre du Gouvernement malien. Lisez bien ce qu’il avait écrit dans son communiqué signé le 20 décembre 2018. : « A l’issue de la rencontre, sous le leadership éclairé de Monsieur le Premier ministre, le gouvernement a décidé de suspendre les travaux d’élaboration dudit programme. Le Comité Exécutif de l’ADP-Maliba félicité et remercie le Premier ministre pour avoir une fois de plus démontré tout son attachement à la préservation de nos valeurs religieuses et sociétales et son souci constant pour un climat social apaisé ».

Ce jour-là, nous avons énormément regretté le fait que l’ADP-Maliba n’ait pas eu le courage de « rappeler que face à la contestation de plus en plus grandissante contre l’initiative gouvernementale d’élaboration d’un Programme de l’éducation sexuelle complète, Soumeylou Boubeye Maïga, Premier ministre, n’a eu d’autre choix que de rencontrer le mercredi 19 décembre 2018, les leaders religieux, dans l’espoir de désamorcer la bombe ». Et, nous avons estimé que « si pour avoir décidé à l’issue de cette rencontre de suspendre ‘’ les travaux d’élaboration du programme de l’éducation sexuelle complète’’, le Premier ministre a droit à un ce « Janjo » sans nul pareil de l’ADP-Maliba, l’on est en droit de se demander ce que l’Honorable Amadou Thiam, Président de l’ADP-Maliba et ses camarades, vont lui réserver s’il venait à retirer purement et simplement ce programme qui mobilise toutes les énergies de ses contradicteurs ».

Notre article rappelait clairement à l’ADP-Maliba qu’ « Au nom du Gouvernement, Soumeylou Boubeye Maïga, n’a pris qu’une décision de suspension des travaux ». Et, que « Nous sommes encore loin de l’abandon pur et simple de cette initiative ». De telle sorte que nous avons exprimé notre surprise face à ce « Janjo » à l’allure d’une flagornerie de l’ADP-Maliba à l’égard du Premier ministre. Et, estimé que « cette sortie maladroite de l’ADP-Maliba cache mal sa volonté de se faire une place dans les grâces du pouvoir. Rien d’autre ne pourra expliquer cet appel au pied levé de l’ADP-Maliba, si ce n’est de rentrer dans les grâces du pouvoir ».

« Dans la posture d’un courtisan qui n’a aucune chance de voir la réalisation de ses prétentions, l’ADP-Maliba, dans son communiqué, n’a même pas eu le courage de laisser transparaitre son opinion. Amadou Thiam et ses camarades, ont refusé toute prise de position, qui pourrait plaire aux leaders religieux contestataires, mais qui pourrait ne pas être du goût du Premier Ministre et de son Gouvernement », a indiqué notre article. Avant de préciser que : « Quand on sait que la plupart des adeptes du Chérif de Nioro du Sahel, sont militants de l’ADP-Maliba. Ils allaient apprécier une prise de position de leur parti contre cette initiative gouvernementale qui veut doter le Mali d’un programme de l’éducation sexuelle complète, que des leaders religieux ont perçu comme un instrument de propagande de l’homosexualité au Mali ».

Dans ce texte, nous avons estimé qu’ « En déphasage total avec leurs militants, les responsables de l’ADP-Maliba dans une démarche politicienne, ont décidé de profiter de la situation pour courtiser, encore une fois, le pouvoir ».

Le croc-en-jambe du Président d’honneur de l’ADP-Mali

Comme si le communiqué signé le 20 décembre 2018 par l’honorable Amadou Thiam, Président de l’ADP-Maliba, n’était pas du goût d’Aliou Boubacar Diallo, Président d’ Honneur du parti, celui-ci n’a pas attendu longtemps pour le faire savoir.

Le 22 décembre 2018, à 16 heures 36 minutes, sur sa page facebook (https://www.facebook.com/abdor1959/), Alou Boubacar Diallo, plus conscient du danger politique du Communiqué du Président actif de l’ADP-Maliba, est monté au créneau. « J’ai été stupéfait d’apprendre qu’un projet controversé de réforme de l’éducation nationale était en cours de préparation », a-t-il déclaré. Avant d’annoncer sans ambages que « de toute évidence ce projet viole les valeurs profondes de notre culture et de notre foi ».

Plus loin, il a même estimé que « Dans un pays, certes laïque, mais musulman à près de 95%, il paraît inconcevable que l’éducation sexuelle complète de nos enfants aille à l’encontre de notre culture et du culte religieux majoritaire ». Et, a précisé que « Sans équivoque, je condamne énergiquement toute tentative visant à travestir l’esprit et le comportement de nos jeunes enfants ».

Mieux que le Président du bureau exécutif de l’ADP-Maliba, le Président d’honneur a été on ne peut être plus clair. « J’en appelle non pas à la suspension mais à l’abandon et à l’annulation pure et simple de ce projet de réforme de l’éducation », a-t-il déclaré. Avant de préciser que « Ce sujet concerne tous les maliens pour lesquels, de manière claire et sans appel, un tel projet est inadmissible ».

Mais, sauf qu’en réparant ainsi les imperfections du discours du Président de l’ADP-Maliba, Aliou Boubacar Diallo, Président d’honneur de l’ADP-Maliba, donne l’impression qu’il y a une cacophonie à la tête du parti dont il est le mentor. Mais, d’autres pourraient aussi, y voir la volonté du candidat malheureux à l’élection présidentielle, d’affirmer de plus en plus sa main mise sur le parti qu’il s’est donné, en réalité, pour conquérir le pouvoir suprême au Mali. Et, dans ce cas, il n’est pas prêt à se mettre sur le dos ses soutiens, constitués pour la plupart par des acteurs des milieux religieux, notamment musulmans.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de