Version imprimable de cet article Version imprimable | |

PRESIDENTIELLE AU GABON : Ali réélu, tend la main à une opposition déchainée

jeudi 1er septembre 2016

C’est le ministre de l’Intérieur, Pacôme Moubelet-Boubeya accompagné par le président de la Cenap qui a proclamé les résultats de l’élection présidentielle du 27 aout du Gabon. Au moment où les jeunes descendaient dans la rue, Ali Bongo Ondimba au cours d’un rassemblement avec ses partisans, a tendu la main à l’opposition.

Sur les 628 000 gabonais appelés aux urnes, 49,80% ont accordé leurs voix à Ali Bongo, tant disque Jean Ping a obtenu 48, 23%. Le taux de participation s’élève à 59,46%. L’opposition dit qu’elle ne reconnaît pas la victoire du candidat Ali Bongo « qui affiche un score quasi-stalinien » de plus de 95 % des voix dans sa ville natale. Jean Ping et ses supporters crient à la fraude, au bourrage des urnes,
dénonçant de « faux résultats ». « Le pouvoir a crevé tous les plafonds d’atteinte à la démocratie en traînant notre pays dans une parodie électorale », a dit un responsable de la Coalition de l’opposition.

Quelques heures après la proclamation, soit en début de soirée, des dizaines de jeunes sont sortis dans les rues pour exprimer leurs ras-le-bol sur l’issue du scrutin. Des manifestants aux cris de « Jean Ping président » scandalisaient dans plusieurs rues de certains quartiers de Libreville. Les forces de l’ordre acculé n’ont pu s’empêcher de faire usage de leur gaz lacrymogène et des canaux à
eaux.

Déterminés, des jeunes ont mis le feu à des bâtiments administratifs, pillés des boutiques. Pour l’heure, plusieurs quartiers de Libreville sont épargnés des manifestations.

La main tendue d’Ali Bongo

Pendant ce temps des échauffourées, Ali Bongo Ondimba et ses partisans se réunissaient au Quartier générale de campagne du PDG pour fêter leur victoire. C’est un Ali Bongo Ondimba veste et pantalon noir accompagné par ses lieutenants qui ont chanté et danser. Ovationné par une foule en liesse, Ali s’est adressé à ses compatriotes.

Il a d’abord tenu à rappeler aux candidats « qu’il revient à chacun de respecter les résultats des urnes « pour un Gabon paisible ». Le fils de Oumar Bongo a félicité ses compétiteurs et déploré cette tentative « de déstabilisation du Gabon par certains, mais vite déjouée en partie par le peuple gabonais ». Et de lancer un appel aux gabonais « d’être vigilant ».

Les projets futurs, Ali en a parlé. Comme il a promis pendant la campagne, Ali Bongo a laissé entendre qu’il prendra en compte toutes les aspirations des gabonais « pas seulement social mais politique et institutionnel ». « Je travaillerai avec les gabonais pour ses changements tant attendus ».

Le président Bongo a ensuite tendu la main aux Institutions internationales, aux partenaires mais également à l’opposition pour construire un Gabon émergent. « Le temps du rassemblement et de l’apaisement est venu ». Il a dédié sa victoire à la Jeunesse gabonaise.

Amadou Sidibé
(depuis Libreville)

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.