• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Force conjointe du G5 Sahel : Prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, à l’ordre du jour

    La Minusma, l’OHCHR, le G5 Sahel et l’UE, se sont donnés la main pour renforcer les capacités de la Force conjointe du G5 Sahel en matière de prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Communiqué de

    Transhumance dans les groupes armés : Des éléments du Gatia trouvent refuge au HCUA

    Décidément, le Mali vit à l’heure des démissions. « Je démissionne de ce machin pour aller adhérer à cet autre machin », est désormais devenu une litanie familière aux maliens. La pratique jusque-là réservée au politicien, vient de gagner les mouvements armés au

    Mouvement ON A TOUT COMPRIS « Waati Sera » : « Nous ne sommes point des extrémistes »

    « Nous ne sommes point des extrémistes, nous estimons que nos interrogations à l’endroit de la diplomatie française et notre appel au respect des valeurs républicaines méritent des réponses idoines de la part de la France. Donc, c’est une façon à nous, d’exprimer

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Ouverture de la 2ème session ordinaire de la Cour d’assises de Bamako : 75 dossiers à juger dans un marathon d’un mois

    lundi 28 novembre 2016 , par Assane Koné

    Les travaux de la 2ème session ordinaire de la cour d’assises de Bamako ont débuté ce lundi 28 novembre 2016 à la Cour d’appel à Banakabougou en commune VI. La session se déroulera du 28 novembre au 28 décembre 2016. La cérémonie d’ouverture était présidée par Mahamadou Berthé, magistrat, Premier président de la Cour d’appel de Bamako, en présence du Procureur général près la Cour (PG), Mamadou Lamine Coulibaly. Les avocats étaient représentés par leur bâtonnier, Me Seydou Sidiki Coulibaly. Des assesseurs et nombre de magistrats et auxiliaires de justice étaient également présents.

    75 dossiers seront traités au cours de cette 2ème session qui va durer environ un mois. Ils concernent 120 accusés (dont 07 femmes) et 57 accusés sous mandat de dépôt. Dans les dossiers on retrouve 30 cas d’atteintes contre les mœurs (pédophilie, viol et attentat à la pudeur), 12 cas d’infractions contre les biens (association de malfaiteurs, vols qualifiés, faux usage de faux et atteintes aux biens publics, 18 cas d’infractions contre les personnes (assassinats, meurtre, coups mortels et coups et blessures volontaires aggravés et infanticide), 12 cas de terrorisme et rebellions, 2 cas de trafic de drogue et corruption et un cas d’intérêts civils etc.

    Selon Mamadou Lamine Coulibaly, il ressort que la recrudescence des vols à main armée a atteint de nos jours des propositions très importantes. Aux dires de Mamadou Lamine Coulibaly, de grands bandits agressent de plein jour des citoyens pour les dépouiller de leurs biens au vu et au su de tous ; nul ne se sent dorénavant en sécurité. Dans ce contexte, selon le PG, le parquet général de la cour d’Appel de Bamako a rencontré les procureurs de la République, les chefs d’unité d’enquête et leurs chefs de brigades de recherches pour dégager une synergie d’actions afin d’éviter que ces grands bandits qui terrorisent les populations ne puissent échapper à la justice.

    Sur le rôle 30 affaires concernent les atteintes aux mœurs et il s’agit des violences sexuelles sur les femmes. « Cela nous interpelle. Je vous demande d’examiner ces affaires avec la plus grande attention et d’entrer en voie de condamnation sévère contre les auteurs de telles violences. Les femmes innocentes ont besoin de la protection de la justice », a-t-il suggéré.

    Le bâtonnier Seydou Sidiki Coulibaly a rappelé, pour sa part, que la matière a travaillé est humaine, qu’elle est imparfaite debout devant vous, mais qu’elle est perfectible.

    Le rôle de la présente session porte sur 75 affaires impliquant 121 personnes dont 64 en détention préventive pour des temps allant de 2013 à 2016. Mahamadou Berthé a, lui fait l’amer constat qui est inquiétant : sur les 75 affaires inscrites au rôle 31 sont poursuivi pour infraction d’atteintes aux mœurs, un cas viol, 9 cas pédophilie, 1 cas d’attentat à la pudeur. Pour le Premier président, cet état de fait, traduit la déliquescence de nos mœurs et devient un danger physique et moral pour notre jeunesse.

    Selon lui, la présente session se tient dans un contexte sécuritaire fortement dégradé et interpelle chaque citoyen dont chacun doit jouer sa partition pour soutenir les actions de la justice comme entre autres l’obligation des témoins depuis l’enquête préliminaire jusqu’à l’instruction définitive à la barre et le devoir citoyen pour renseigner les forces de sécurité sur tout ce qui va être fait autour de lui.

    Lamine Kané

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce