Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Mouvement IBK Kanu 2018 : Motivé plus que jamais pour la réélection d’IBK dès le 1er tour

mercredi 4 juillet 2018

La Maison de la presse a été prise d’assaut par une marée humaine le samedi 23 juin 2018, pour la conférence de presse du collectif des associations, groupements et clubs de soutien à la candidature du Président IBK : Mouvement IBK Kanu (MIK) 2018. Elle a été animée par les responsables. L’objectif était de parler sur le soutien au Président IBK.

Né en septembre 2018, le mouvement IBK Kanu (MIK) est un groupement d’hommes et de femmes qui ont décidé de garder leur confiance au Président IBK. Ils sont déterminés à se battre pour soutenir et contribuer à la réélection d’IBK en juillet-aout de cette année 2018.

Le MIK estime que le Président IBK, en dépit de la campagne de dénigrement et de rejet dont il est l’objet, est bel et bien l’homme de la situation. Et de dire qu’aucun de ceux qui s’affichent contre lui, n’est à la hauteur. Le MIK a constaté que le moment est difficile mais qu’IBK tient bon et saura tenir bon pour faire face aux défis. Mieux, le MIK pense que son expérience incomparable et son sens de l’Etat sont des atouts pour sortir notre pays de la situation actuelle.

Pour le MIK, ce qu’il faut, c’est se rassembler autour de lui et l’aider à combattre les ennemis, non pas du Président IBK, mais du Mali. Le collectif MIK entend se donner la main pour faire en sorte que la victoire soit au rendez-vous dès le premier tour.

« Nous sommes le monde où quatre générations coexistent. Nous sommes le mouvement des générations. Nous sommes mouvement qui réunit ces générations et pense aux générations futures », a lancé le MIK.

Après avoir rappelé les actions menées par IBK pendant son premier mandant sur tous les plans et dans tous les domaines sans aucune condition ni d’intérêt personnel, Youssouf K Sacko, porte-parole du MIK a indiqué qu’ils feront voter 1millions de personnes dès le 1er tour pour réélire IBK.

Selon lui de Kolondiéba à Kidal, de Kayes à Sikasso, partout au Mali ainsi que dans les 6 communes de Bamako, que des progrès remarquables ont été faits malgré la crise multidimensionnel que notre pays a connu.

Pour sa part Cheik Cherif Haidara, président national du MIK, dira que c’est nécessaire de soutenir un Président car, « quand on élit et réélit un président, on doit pouvoir l’aider à achever sa mission, à surmonter les défis », a-t-il indiqué. Il a lancé un appel à la population malienne de penser au Mali au lieu de penser à la personne d’IBK, de penser à sortir ce pays de la crise, et d’aller retirer leur carte d’électeur.

Motiver plus que jamais, le MIK a révélé qu’il a payé la caution du Président IKB à travers les cotisations des différents associations et clubs membres du collectif, pour l’aider à terminer ce qu’il a commencé.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques