Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Mopti : Le SYLMAT et SYNAC accuse le Gouverneur de concussion

lundi 25 novembre 2019

« Il nous est revenu, de sources militantes concordantes et persistantes, que les fonds destinés aux opérations de révision annuelle des listes électorales dans la région de Mopti ont fait l’objet de malversation de la par de certains représentants de l’Etat au niveau régional et local ». C’est par ces propos d’une gravité extrême que les deux secrétaires généraux des syndicats des administrateurs civils, ont saisi le ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation d’une lettre dénonçant un fait de concussion qui concerne le Gouverneur de la région de Mopti, le Général Abdoulaye Cissé.

Dans une lettre conjointe signée à la date du 25 novembre 2019, adressée au Ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation, Ousmane Christian Diarra, secrétaire général du Syndicat autonome des administrateurs civils (SYNAC) et Olivier Traoré, secrétaire général du Syndicat libre des travailleurs de l’administration territoriale (SYLIMAT), ont dénoncé un fait de concussion dans la région de Mopti.

« Il nous est revenu, de sources militantes concordantes et persistantes, que les fonds destinés aux opérations de révision annuelle des listes électorales dans la région de Mopti ont fait l’objet de malversation de la par de certains représentants de l’Etat au niveau régional et local », indique la lettre conjointe.

Plus précis, les deux leaders syndicaux ont indiqué que selon leurs sources : « le gouverneur de Région, le général Abdoulaye Cissé, aurait procédé à des retenues injustifiables sur lesdits fonds comme suit : Cercle de Bandiagara : 500 000 FCFA, Cercle de Koro : 400 000 FCFA, Cercles de Douentza, Bankass, Mopti, Youwarou, Ténékoun et Djenné : 350 000 FCFA chacun, soit un total de 3 000 000 FCFA ».

Et, pour mettre en exergue la méthode utilisée pour la réalisation de ce forfait, ils diront que « Mis devant le fait de prince, les Préfets auraient accepté de signer avoir reçu la totalité des montants destinés respectivement à eux-mêmes, aux sous-préfets et aux commissions administratives chargées de la révision des listes électorales ». Et, d’ajouter que pour « combler le manquant causé par cette ponction aussi illégale, irresponsable que malveillante, digne d’une époque grégaire, les préfets auraient décidé de renoncer tous à leur part en la complétant par celle de sous-préfets consentants dans certaines circonscriptions, ou sur les fonds à allouer aux commissions administratives dans d’autres ».

Et, comme ils ne sont pas du tout d’accord avec le comportement du Gouverneur qui pénalise leurs militants, les leaders syndicaux n’ont pas hésité pour exprimer leur désaccord et pour dénoncer le gouverneur.

Les leaders syndicaux ont aussi attiré l’attention sur la sensibilité des opérations de révision des listes électorales. Et pour cela, ils ont estimé qu’ « il n’est pas tolérable qu’elles soient troublées par des incidents créés par une telle forfaiture qui ne peut qu’effriter la confiance entre autorités administratives et agents chargés du processus ».

Et, comme il fallait s’y attendre les Comités exécutifs nationaux du SYNAC et du SYLIMAT, ont demandé au Ministre de procéder à des investigations sur ces allégations et en tirer toutes conséquences.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.