Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Mauvaise gestion du bien public au Mali : BIPREM porte plainte contre 5 personnalités

lundi 21 mai 2018

Le Bloc d’intervention populaire et pacifique pour la réunification entière du Mali (BIPREM), était face à la presse le samedi 19 mai 2018 pour dénoncer les faits contre 5 individus ayant rapport avec la mauvaise gestion du bien public, sur la base du rapport du vérificateur général. C’était à la maison de la presse de Bamako.

Le BIPREM a porté plainte le vendredi 8 mai 2018 contre Soumeylou Boubeye Maiga, ancien ministre de la défense et des anciens combattants ; Mme Boiré Fily Sissoko, ancien ministre de l’économie et des finances ; Moustapha Ben Barka, ancien ministre délégué auprès du ministre de l’économie et des finances, chargé de la promotion des investissements et de l’initiative privée ; Mahamadou Camara, ancien ministre de l’économie numérique, de l’information et de la communication ; et Sidi Mohamed Kagnassi, conseiller à la Présidence de la République.

Selon Lacine Diawara, président du BIPREM-Fasoko, la plainte a été faite avec constitution de partie civile au près du procureur de la république de la commune III de Bamako. M. Diawara a rappelé qu’il ressort des différents rapports du vérificateur général les faits suivants : la disparition de 153 milliards de FCFA (rapport 2013-2014) et la dilapidation de plus de 28 milliards de FCFA (rapport aéronef et équipement militaires).

Le BIPREM par la voix de son Président, demande humblement au corps judiciaire de prouver son indépendance par des interpellations rapides et limpides de ceux qui ont été épinglés par des rapports du bureau du vérificateur général (VBG). Car, selon lui, le peuple qui a beaucoup toléré et enduré, veut avoir des éclaircissements sur le pillage éhonté et effréné de son patrimoine financier.

Le BIPREM-Fasoko, souhaite une application rigoureuse de la justice par le corps judiciaire malien qui d’après lui parviendra ainsi à s’affirmer, à s’assumer et surtout à s’imposer aux dirigeants et fonctionnaires, sans exception, le respect scrupuleux du bien public. « Les maliens ont vraiment besoin d’une gestion saine et transparente de leurs deniers publics », a-t-il martelé.

Le BIPREM se dit optimiste. « La plainte que nous déposons reste valide jusqu’à ce que les personnes interpellées s’expliquent devant la loi », a indiqué son président.

Le BIPREM a déjà un projet de société, « gouvernance dans la transparence ». Pour dire à celui qui veut diriger ce pays de mettre chaque fois en avant et en exergue le rapport du vérificateur général. « Ce n’est que le début du commencement », a-t-il lancé.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques