Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Marche pacifique à Bamako : La population demande de retirer le projet de la révision constitutionnelle

mardi 20 juin 2017

Les représentants des partis politiques d’opposition, les associations des jeunes, les syndicats, les commerçants et les Artistes Maliens, ont manifesté le samedi 17 juin 2017 à Bamako pour montrer leur mécontentement par rapport à la révision constitutionnelle. Partie de l’Hôtel de ville de Bamako (la grande mairie) vers 9h30, la marche a pris fin au pied du monument de l’indépendance sur le boulevard du même nom. L’objectif de cette marche pacifique est de demander au président de la république de retirer le projet de la révision constitutionnelle.

Plusieurs personnalités ont pris part à cette marche, notamment : Mme Sy Kadiatou Sow, présidente de l’ADEMA association, Honorable Soumaila Cissé, président de l’URD, chef de file de l’opposition. Cette marche pacifique a rassemblée des milliers de maliens, notamment des jeunes. Cette couche de la population malienne dit non à la révision constitutionnelle et souhaite qu’on a parle plus.

Mme Sy Kadiatou Sow, présidente de l’ADEMA association, a déclaré que la sortie massive de la population malienne montre qu’elle accorde une importance à notre pays.

« Nous avons initié cette marche pour montrer aux autorités, au gouvernement, et au président de la république que nous ne sommes pas d’accord qu’on révise notre constitution », a déclaré Mme Sy Kadiatou Sow. Selon elle ce projet de la révision constitutionnelle a un impact négatif pour notre pays et plus particulièrement la génération future. « Que cette révision soit retirée purement et simplement », a-t-elle déclaré. Elle a proposé de donner la liberté d’expression à la population pour qu’elle exprime son point de vue à cette révision constitutionnelle. Avant d’ajouter que le moment n’est pas propice, car une partie de la population est sous le contrôle des terroristes.

« Si les jeunes se sont réunis aujourd’hui c’est pour montrer leur mécontentement, par rapport à la révision constitutionnelle et de faire savoir que leur avenir est en jeux », a indiqué Honorable Soumaila Cissé, président de l’URD et chef de file de l’opposition.

Il a souhaité que la population cherche d’abord à connaitre le contenu de cette constitution. « Nous ne nous arrêteront pas tant que notre position ne soit pas prise en compte. Les 35 députés ont voté et disent non à ce projet de la révision constitutionnelle », a-t-il déclaré.

Ce problème ne regarde pas seulement les partis politiques. Selon lui c’est un problème national qui interpelle tous les fils de ce pays. « Si l’on permet la révision de notre constitution, on le regrettera dans le futur », a-t-il indiqué.
Il a lancé un appel au président de la république d’écouter l’opinion de la population avant de prendre une quelconque décision. Avant de lui dire de laisser la constitution en paix.

Bintou COULIBALY (stagiaire)

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques