Marche du 5 juin 2020 : Les manifestants lancent un ultimatum à IBK pour démissionner

vendredi 5 juin 2020

« En conséquence, le Peuple malien souverain, mobilisé sur l’ensemble du territoire national, et au sein de la Diaspora, et dans un Rassemblement Patriotique Citoyen sur la Place de l’Indépendance à Bamako, ce vendredi 05 juin 2020, exige la démission du Président Ibrahim Boubacar Keita et de son régime. Pour ce faire, le Rassemblement des Forces Patriotiques Maliens lance un ultimatum pour constater cette démission au plus tard à 18 Heures, ce vendredi 05 juin 2020. Au-delà, le Peuple souverain en tirera toutes les conséquences ». Telle est la substance de la déclaration finale de la grande manifestation organisée le 5 juin 2020, à la place de l’Indépendance sous l’impulsion de la Coordination des mouvements, associations et sympathisants de l’Imam Mahamoud Dicko (CMAS), de l’Espoir Mali Koura (EMK) et du Front pour la Sauvegarde de la Démocratie (FSD). Elle a mobilisé des milliers de manifestants dont de nombreux leaders politiques et de la société civile. Lisez l’intégralité de la déclaration finale !

DECLARATION FINALE

Coordination des mouvements, associations et sympathisants de l’Imam Mahamoud Dicko (CMAS), Espoir Mali Koura (EMK), Front pour la Sauvegarde de la Démocratie (FSD)

Notre Pays, le Mali, jadis envie, écouté et respecté aussi bien en Afrique qu’à travers le Monde entier, est en passe de dévernir la risée des autres nations, tant il est aujourd’hui balloté et humilié, à cause d’une gouvernance chaotique. La gestion actuelle du régime en place, symbole de la décrépitude d’un système étatique décrié, a fini de précipiter notre Pays dans l’impasse, pire, au bord du gouffre.

Le Peuple malien découvre chaque jour, de façon ahurissante, les scandales d’une gestion hasardeuse, dénuée de vision et de cohérence vis-à-vis des intérêts vitaux et stratégiques du Mali, et ce, dans le déni des valeurs fondamentales de notre Société.

Face à la situation dramatique que vit notre pays, le FSD, la CMAS et EMK ont tenu une rencontre tripartite le mardi 26 mai 2020 et ont relevé les constats et perspectives les plus alarmants pour l’avenir de notre Nation, dus notamment à :

• Une gestion catastrophique de la crise multidimensionnelle au Mali ;
• Des atteintes à la souveraineté, à l’intégrité du territoire national ;
• Des forces armées et de sécurité laissées à l’abandon ;
• L’insécurité généralisée avec son cortège de morts, de villages détruits, et de populations déplacées ;
• La mal gouvernance, la corruption et la gabegie financière, au détriment du monde paysan et du secteur privé ;
• La détérioration sans précédent des services sociaux de base comme l’éducation, la santé, l’électricité, l’eau, les infrastructures routières ;
• La paupérisation croissante des populations laborieuses ;
• Des atteintes récurrentes aux valeurs et principes de la République ;
• Les droits et libertés individuels et collectifs en péril ;
• L’impasse d’une voie électorale désormais hypothéquée.

Au regard de ce qui précède et de l’impérieuse nécessité de sauver notre Nation, les trois organisations, dans l’élan d’une unité d’action des forces vives, ont décidé de tenir ce grand rassemblement pour le sursaut national face aux atteintes graves aux principes constitutionnels, républicains et démocratiques.

Depuis son avènement, le régime d’IBK s’est illustré par la tenue d’élections injustes, opaques et inéquitables, enlevant ainsi toute crédibilité au processus électoral dans notre Pays. L’élection n’est plus un instrument efficace de régulation du processus démocratique et ne permet donc plus de réaliser le changement de gouvernance souhaité par le Peuple.

Aussi, face à l’urgente nécessité de sauver notre Nation d’un péril certain, les trois organisations ont décidé de lancer un appel patriotique à tous les Maliens, de l’intérieur et de la Diaspora, pour :

-  Une grande mobilisation pour le sursaut national face à une mal gouvernance chaotique, au risque de partition du pays, aux atteintes graves aux principes constitutionnels, républicains et démocratiques, notamment la confiscation du vole des citoyens ;
-  La reconstruction des forces armées et de sécurité, mieux recrutées, mieux formées et mieux équipées, dignes d’un Etat protecteur de ses citoyens et de ses institutions ;
-  La préservation de l’intégrité territoriale du Mali, son unité, sa laïcité et le plein exercice de sa souveraineté sur toute l’étendue du territoire national ;
-  Une gouvernance vertueuse garantissant la paix, la sécurisé, la justice et la réconciliation nationale, ainsi que la restauration de la confiance entre l’Etat et les citoyens ;
-  Une priorisation de l’éducation et de la santé ;
-  La garantie de l’accès aux services sociaux de base et aux infrastructures ;
-  La restauration de l’Etat de droit par la consolidation de la démocratie afin de permettre au Peuple malien de jouir librement de tous ses droits constitutionnels ;
-  Les réformes politiques et institutionnelles garantissant des élections régulières et crédibles se traduisant par une forte légitimité des institutions de la République ;
-  La mise en œuvre de toutes les actions nécessaires pour la libération de l’Honorable Soumaila CISSE, Chef de file de l’opposition républicaine, et de toutes les personnes enlevées et injustement privées de leur liberté ;
-  L’union sacrée autour de l’idéal d’un Mali uni, prospère et respecté, à travers la rupture avec le système actuel qui a mis en danger de dislocation notre Pays et notre Nation.

En conséquence, le Peuple malien souverain, mobilisé sur l’ensemble du territoire national, et au sein de la Diaspora, et dans un Rassemblement Patriotique Citoyen sur la Place de l’Indépendance à Bamako, ce vendredi 05 juin 2020, exige la démission du Président Ibrahim Boubacar Keita et de son régime. Pour ce faire, le Rassemblement des Forces Patriotiques Maliens lance un ultimatum pour constater cette démission au plus tard à 18 Heures, ce vendredi 05 juin 2020. Au-delà, le Peuple souverain en tirera toutes les conséquences.

Fait à Bamako sur la Place de l’Indépendance, le vendredi 05 juin 2020

• Pour la Coordination des mouvements, associations et sympathisants de l’Imam Mahamoud Dicko (CMAS) : Issa Kaou NDJIM
• Pour le Front pour la Sauvegarde de la Démocratie (FSD) : Choguel Kokalla MAIGA
• Pour Espoir Mali Koura (EMK) : Cheick Oumar SISSOKO

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav