| |

M5-RFP- CNT : Du désamour à l’entente

lundi 14 juin 2021

Le duel à mort entre le M5-RFP et le Conseil national de transition (CNT) tire vers son épilogue après la nomination du Dr Choguel K Maiga, chef du Comité stratégique du M5-RFP, comme Premier ministre.

Qui l’aurait cru qu’en si peu de temps les choses allaient basculer en faveur du M5 ? Le dicton qui dit qu’il n’y a pas de morale en politique n’est-elle pas en train de se confirmer ? Président du comité stratégique du Mouvement du 5 juin, Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), Choguel Maïga avait vivement protesté et agi contre ce qu’il appelle la violation de la charte de la Transition par le vice-président Assimi Goïta.

Dans ses sorties, M. Maïga ne cessait de dénoncer l’attitude dans le choix des membres du CNT. Pour lui, l’ex vice-président, actuellement président de la Transition, n’a fait que violer la charte et les décrets qui instituent la composition et la clé de répartition du CNT.

Il ne s’est pas limité à ces critiques. Le M5 a porté plainte devant la justice pour obtenir la dissolution du CNT. « Il est dit clairement que ce sont les entités qui désignent leurs représentants. Ils ont appelé les personnes une à une. Lorsque vous choisissez vous-mêmes des gens sur une base illégitime, illégale pour les mettre dans une salle qu’est-ce qu’ils vont faire ? Voter pour vous ? », martelait Choguel.

Ironie du sort, aujourd’hui, ce sont les mêmes personnes qu’il a jeté en pâture, qui peuvent lui refuser ou lui accorder un quitus pour être Premier ministre.

Car Choguel a besoin du feu vert du colonel Malick Diaw et des siens pour pouvoir exécuter son programme de gouvernement. Sans l’aval des membres du CNT, il ne pourra rien entreprendre. Autrement dit, il a besoin de la confiance des conseillers pour continuer le travail à lui confié par le désormais président de la Transition, Assimi Goïta.

Les anciens nous enseignent « qu’avant de parler, il faut remuer sept fois sa langue dans sa bouche au risque d’être la risée du monde ».

Profitant de la rencontre avec l’émissaire de la Cédéao, le chef du gouvernement a officiellement annoncé qu’il présentera sa feuille de route devant le CNT dans six semaines.

Si dans un passé récent, le M5 demandait la dissolution du CNT pour violation des textes, aujourd’hui, Choguel semble être la première personne à demander son maintien.

Certains analystes disent que le « vieux politicien » ne veut plus que la justice tranche ou du moins leur donne raison dans le contexte actuel. C’est d’ailleurs l’avis de certains membres du comité stratégique du M5 notamment de Jeamille Bittar.

L’opérateur économique a récemment annoncé qu’après la nomination de Choguel à la Primature, leur plainte à la justice n’était plus une priorité. Et d’ajouter que l’essentiel est que les Maliens se retrouvent.

Du coté du CNT, on semble jouer à l’apaisement et à la séduction. Vendredi 4 juin, une délégation du CNT a pris part au meeting du M5. C’est dire que Malick Diaw a déjà montré qu’entre le M5 et les conseillers, les choses peuvent aller dans le sens souhaité, pourvu que chacun abandonne ses caprices et pense au Mali.

Djibril Diallo
ARC EN CIEL

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav