• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Force conjointe du G5 Sahel : Prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, à l’ordre du jour

    La Minusma, l’OHCHR, le G5 Sahel et l’UE, se sont donnés la main pour renforcer les capacités de la Force conjointe du G5 Sahel en matière de prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Communiqué de

    Transhumance dans les groupes armés : Des éléments du Gatia trouvent refuge au HCUA

    Décidément, le Mali vit à l’heure des démissions. « Je démissionne de ce machin pour aller adhérer à cet autre machin », est désormais devenu une litanie familière aux maliens. La pratique jusque-là réservée au politicien, vient de gagner les mouvements armés au

    Mouvement ON A TOUT COMPRIS « Waati Sera » : « Nous ne sommes point des extrémistes »

    « Nous ne sommes point des extrémistes, nous estimons que nos interrogations à l’endroit de la diplomatie française et notre appel au respect des valeurs républicaines méritent des réponses idoines de la part de la France. Donc, c’est une façon à nous, d’exprimer

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Lutte contre le trafic de stupéfiants : Plus d’un milliards de francs CFA de drogue incinéré

    mardi 27 mars 2018 , par Assane Koné

    La lutte contre la drogue est une réalité au Mali. Il ne se passe de mois que l’Office centre des Stupéfiants (OCS) ne mette au moins un trafiquant hors d’état de nuire. Mais, comme à chaque saisie, l’OCS communique sur la quantité saisie, il était tout à fait logique que la population malienne sache la destination finale de toutes ces saisies. Et, pour cela, le Ministère de la sécurité et de la Protection civile, à travers l’OCS, a organisé le 27 mars 2018, une opération d’incinération de drogues saisies au Mali.

    Dans la broussaille de la Commune rurale de Dio Gare, il était environ 12 heures passées de 30 minutes, lorsqu’un grand feu a été mis à une quantité de drogues aspergés de carburant. C’était en présence du Magistrat Colonel Adama Tounkara, Directeur de l’Office Central des Stupéfiants, Youssouf Bakary Traoré, 2ème adjoint du Préfet de Kati, Youba Diop, Substitut du Procureur au Pôle Spécialisé, de Daouda Kané, Maire de la Commune rurale de Dio Gare, des représentants de la Police, de la gendarmerie, de la Douanes et de la société civile, notamment plusieurs dizaines de journalistes.

    Cette opération d’incinération a porté sur environ 8 tonnes de Cannabis (7,7 tonnes précisément), d’une valeur marchande d’environ 240 millions de FCFA, 10 tonnes d’héroïne d’une valeur de 450 millions de FCFA, environ 5 kilogrammes de cocaïne (5,4 kg précisément) d’une valeur de 200 Millions de FCA, plus de 500 kg de psychotropes et des centaines de kilogrammes de produits pharmaceutiques contrefaits.

    « Pour nous, cette opération vise d’abord à répondre à un soucis de transparence », a indiqué le Magistrat Colonel Adama Tounkara, Directeur de l’Office Central des Stupéfiants. Selon lui, depuis des mois, à chaque saisie, l’OCS a communiqué sur les quantités de drogues saisies. Il a ajouté que toutes les fois qu’ils ont eu l’opportunité de rencontrer la population la question de la destination finale des produits saisis, revenait sur la table.

    « Et, à chaque fois, nous avons rassuré la population de la destruction par le feu de toute la quantité de la drogue saisie en République du Mali », a-t-il déclaré. Avant d’indiquer que c’est pour cela qu’à la faveur de cette opération d’incinération, que son service a décidé d’inviter la presse afin qu’elle soit témoins et qu’elle puisse informer la population malienne à hauteur de souhait, afin que nos concitoyens comprennent que tous les produits qui sont saisis sont détruits et que les trafiquants perçoivent clairement que tous ce qui est saisit entre leurs mains seront aussi détruits.

    « Nous sommes là pour assurer le bien être de la population et cela passe par la lutte contre la drogue », a-t-il indiqué. Avant de préciser que la drogue a un impact très grave sur la santé de la jeunesse et en luttant contre la drogue, nous assurons à notre jeunesse une bonne santé.

    Pour sa part, Youba Ousseny Diop, Substitut du Procureur du pôle spécialisé, a rappelé la base légale d’une telle opération. Selon lui, l’article 136 de la loi 01-078 du 18 juillet 2001, modifiée portant sur le contrôle des drogues et précurseurs, prévoit que la destruction des produits se fait en présence des représentants de l’autorité judiciaire et les membres de la commission de destruction. Il a ajouté que c’est fort de cette disposition légale que le Procureur de la République Près le Tribunal de Grande Instance de la Commune VI a ordonné la destruction des produits saisis.

    En principe, avec cette opération, personne ne devra se poser la question de savoir : Où vont les quantités importantes de drogue saisies par l’Office central de lutte contre les stupéfiants ?

    Assane Koné

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce