• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Force conjointe du G5 Sahel : Prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, à l’ordre du jour

    La Minusma, l’OHCHR, le G5 Sahel et l’UE, se sont donnés la main pour renforcer les capacités de la Force conjointe du G5 Sahel en matière de prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Communiqué de

    Transhumance dans les groupes armés : Des éléments du Gatia trouvent refuge au HCUA

    Décidément, le Mali vit à l’heure des démissions. « Je démissionne de ce machin pour aller adhérer à cet autre machin », est désormais devenu une litanie familière aux maliens. La pratique jusque-là réservée au politicien, vient de gagner les mouvements armés au

    Mouvement ON A TOUT COMPRIS « Waati Sera » : « Nous ne sommes point des extrémistes »

    « Nous ne sommes point des extrémistes, nous estimons que nos interrogations à l’endroit de la diplomatie française et notre appel au respect des valeurs républicaines méritent des réponses idoines de la part de la France. Donc, c’est une façon à nous, d’exprimer

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Lutte contre le blanchissement de capitaux et le financement du terrorisme : Les responsables de la conformité des banques du Mali à l’école de la CENTIF

    jeudi 19 avril 2018 , par Assane Koné

    Souahibou Diaby, chargé de mission du ministère de l’économie et des finances, a procédé le jeudi 12 avril 2018 à l’ouverture des travaux de la session de formation et de sensibilisation des responsables de la conformité des banques du Mali. Organisée par la Cellule Nationale de Traitement de l’Information Financière (CENTIF), cette session a eu lieu au Conseil National du Patronat du Mali.

    Souahibou Diaby, à l’entame de ses propos a adressé ses encouragements à la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières du Mali (CENTIF) pour leur effort, de s’attaquer aux grandes préoccupations du moment : le blanchissement de capitaux et le financement du terrorisme.

    Il rappelé que les autorités de notre pays ont fait de ce combat une haute priorité, avec un souci constant de promouvoir la bonne gouvernance financière et la moralisation des opérations au plan bancaire. Il a indiqué que toutes ces actions sont indispensables pour crédibiliser la place financière du Mali en vue de la rendre plus attractive aux capitaux licites. Il a ajouté que cette formation prouve à suffisance, le rôle de premier plan qui revient aux responsables de la conformité, véritables remparts pour la sécurité des établissements bancaires contre toute forme de finance criminelle. Il a rappelé qu’en dépit des efforts louables enregistrés en 2017, le Mali s’illustre toujours au niveau de la zone UEMOA, par un faible niveau de déclarations d’opérations suspectes (ou DOS). Pour lui ceci dénote d’une implication qui demeure encore largement en deçà de ce que l’on est en droit d’espérer des structures assujetties.

    « La lutte contre le blanchissement de capitaux nécessite une vigilance accrue à tous les niveaux de l’économie nationale dans la mesure où les criminels sont toujours à l’affut en train d’affiner leurs techniques visant à contourner les dispositifs législatifs et réglementaires pour parvenir à leurs fins destructrices », a-t-il déclaré. En s’adressant aux responsables, il dira que, « votre exposition avérée aux risques de blanchissement de capitaux et de financement du terrorisme fait de vous des acteurs incontournables au cœur de toutes les mesures préventives requises pour détecter, traquer et dénoncer ces crimes ».

    Le chargé de mission du ministère de l’économie et des finances a indiqué qu’au terme de cette session de formation et de sensibilisation, les participants auront maitrisé les notions de base du blanchissement de capitaux et du financement du terrorisme, les indices du blanchissement, les obligations des banques dans la lutte contre le blanchissement de capitaux et le financement du terrorisme et les différents types de sanctions encourues en cas de non-respect du dispositif légal.

    Bintou COULIBALY

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce