Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Lutte contre la drogue : Une saisie de 268 briques de chanvre indien

mercredi 9 août 2017

Dans un communiqué de presse publié le 8 août 2017, le Magistrat Lieutenant colonel Adama Tounkara, Directeur de l’Office central des stupéfiants, informe la population de la mise hors d’état de nuire d’un réseau de trafiquants de chanvre indien entre le Mali, le Burkina Faso, le Ghana et la Mauritanie. La présente opération a permis d’interpeller 5 suspects dont 2 femmes et trois hommes parmi lesquels deux burkinabés.

« Le samedi 05 Aout 2017 aux environs de 23 heures les éléments de la (FORSAT) Force Antiterroriste de la Garde nationale ont procédé à l’interpellation de Monsieur Seydou DIALLO à Sabalibougou pour trafic de drogues », a indiqué le Directeur de l’Office central des stupéfiants. Il a précisé que cette opération fait suite à des renseignements obtenus sur son implication dans le trafic illicite de drogues. « La perquisition de sa chambre a permis de découvrir quarante neuf (49) briques de chanvre indien », a-t-il ajouté.

Avant de dire que selon ses propres déclarations, il se ravitaille auprès d’un Burkinabé du nom de Mounirou SENOU allias Mossikè, domicilié à kalaban coro, qui travaille avec deux dames.

« C’est sur la base de ces informations que le nommé Mossikè a été interpellé en compagnie d’un de ses compatriotes du nom de Sidiki BELLEM. Après, ce fut respectivement le tour de Mariam KALLE, teinturière de, résidant à Baco Djocoroni Golf, avec deux cent dix neuf briques (219) et de Djeneba Coulibaly, employé de commerce domicilié à Kalaban Coro Kouloubileni. L’opération a pris fin le 06 Aout 2017 aux environs de 06heures 30mn », précise le communiqué de presse.

En plus, le Communiqué indique que « les suspects et les produits ont été mis à la disposition l’Office Central des Stupéfiants, pour mener des investigations approfondies ». Déjà, à ce stade des enquête, l’Office Central des Stupéfiants est à mesure de dire qu’il « ressort des premières auditions que les produits saisis proviennent du Ghana en passant par le Burkina Faso et étaient destinés à la Mauritanie ». Et, pour plus de certitudes et surtout pour démanteler définitivement ce réseau international de trafiquant de drogue, l’Office Central des Stupéfiants du Mali a informé que des contactes ont été pris avec ses services homologues en vue de procéder à l’interpellation des complices se trouvant au Ghana, au Burkina Faso et en Mauritanie.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en