• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Election présidentielle au Mali : l’Appel au calme du Consortium Panafricain des Observateurs Electoraux de la Société Civile Africaine et de la Diaspora en Europe

    « Cette proclamation provisoire qui provient après une centralisation et consolidation des résultats en toute transparence devant les représentants des candidats et aussi en présence d’observateurs nationaux et internationaux, notre Consortium se félicite que

    Présidentielle au Mali/ MIOE-O2A : « le 2ème tour de l’élection présidentielle … a été libre, transparente et équitable »

    « La mission Internationale d’Observation Electorale des ONG et Associations Africaines (MIOE-O2A) considère que le second tour de l’élection présidentielle du 12 août 2018 a été libre, transparente et équitable ». La déclaration a été faite Tetevi Nyatefe Eli,

    Second tour de la présidentielle au Mali : Que dit la Mission d’observation électorale de la société civile africaine ?

    "Nonobstant quelques insuffisances, La mission d’observation électorale de la société civile africaine (LA MOESCA) s’accorde pour affirmer que le deuxième tour de l’élection présidentielle du 12 aout 2018 en République du Mali s’est déroulé dans un climat apaisé,

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Lancement de la Plate forme pour le changement/Moussa Sinko : « Nous avons été trahit par IBK »

    jeudi 25 janvier 2018 , par Assane Koné

    Le général Moussa Sinko Coulibaly a animé le samedi 20 janvier 2018, un meeting dans le cadre du lancement du mouvement politique « Plateforme pour le changement ». C’était sur le terrain de football de Magnambougou. Cette cérémonie qui sera désormais une date historique pour notre pays a regroupé un grand nombre de personnes venues des quatre coins du pays, notamment des représentants du mouvement venus des 10 régions du Mali.

    « Je sais que la victoire finale est sûre, le président IBK et son équipe ne seront plus là au mois de septembre prochain. Nous avons décidé et rien ne va nous arrêter de réunir tout le Mali », a déclaré le Président de la plateforme pour le changement. Et de dire que cela peut être justifié par la présence massive de la population malienne. Le Président Sinko a dit haut et fort que le seul souci du régime d’IBK c’est de surfacturer l’avion pour pouvoir voyager.

    Parlant de la sécurité, il dira que tout ce qu’on a eu c’est d’utiliser l’armée malienne pour vider la caisse de l’Etat. « Tous les marchés de l’armée sans exception ont été surfacturés au lieu de former les militaires », a-t-il dénoncé.

    Pour Sinko, le combat du mouvement est un combat noble et utile. « Nous allons l’arrêter que lorsque nous aurons gagner l’élection de juillet prochain », a-t-indiqué.

    « Dans ce pays il y a une justice pour les amis, pour la famille, pour les bons criminels et les terroristes. Alors que ce pays a besoin d’une justice pour tous ses citoyens », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter, « nous avons été trahit par le régime d’IBK. Nous voulons une armée formée et restructurée. Nous voulons que nos enfants aillent à l’école. Nous ne voulons plus donner des engrais frelatés à nos paysans. Nous voulons permettre à nos commerçants et à nos industriels de pouvoir travailler sans chantage, sans intimidation », a déclaré M. Sinko. Avant de dire que le changement commence dès aujourd’hui. Il a rassuré qu’au mois de juillet prochain à travers l’élection présidentiel qu’ils vont faire partir l’équipe du Président IBK. Cette équipe selon lui a faillit et a échoué sur toute la ligne.

    « Nous avons demandé au Président IBK de se réveiller au sens propre comme au sens figuré et de réaliser qu’il n’est plus une solution pour le Mali car son régime n’a rien apporté aux maliens », a-t-il dit. Il a demandé à la population 5 mois de patience afin de commencer à transformer ce pays et à écrire un nouveau chapitre de l’histoire du Mali et d’inviter IBK à démissionner avant la fin de son mandat ou de ne pas se présenter à l’élection présidentiel de juillet prochain. « Si jamais, il ne tenait pas compte de ces conseils, à l’élection 2018 il n’aura que ses 40 ministres qui vont voter pour lui », a-t-il indiqué. Par contre selon lui tout le Mali va voter pour le changement.

    « Nous pouvons reconstruire ce pays. Nous pouvons apporter la paix dans ce pays. Nous pouvons apporter la sécurité dans ce pays et cela dépend de nous tous », a-t-il estimé. Pour cela Moussa Sinko a lancé un appel à tous les maliens qui veulent faire du Mali un beau pays et qui veulent la paix et la sécurité de ce pays à rejoindre le mouvement plateforme pour le changement. Ce mouvement est ouvert à tout le monde sans distinction. Il appartient à tous ceux qui veulent le changement dans ce pays.

    Bintou COULIBALY

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce