Version imprimable de cet article Version imprimable | |

La coopération sino-africaine s’oriente vers la coopération industrielle

mercredi 3 juillet 2019

"Nous sommes en train de mener des réformes économiques en vue d’améliorer l’environnement des affaires", a indiqué le ministre angolais du Commerce, Joffre Van-Dunem Junior, appelant à davantage d’investissements chinois dans les industries liées à la consommation dans son pays.

Il s’est ainsi exprimé lors d’une conférence sur la promotion des investissements, à l’occasion de la première édition de l’Exposition économique et commerciale Chine-Afrique, qui vient de s’achever à Changsha, capitale de la province chinoise du Hunan (centre).

Si le commerce entre la Chine et l’Afrique a le vent en poupe, la coopération sino-africaine s’oriente de plus en plus vers la collaboration industrielle, alors que nombre de pays africains souhaitent la renforcer pour augmenter la valeur ajoutée de leurs produits et réaliser leur industrialisation.

En effet, plusieurs représentants africains à la conférence ont exprimé l’espoir d’attirer davantage d’entreprises chinoises pour développer les secteurs tels que l’énergie, l’agroalimentaire, le textile et le tourisme.

Lors de la conférence, un responsable de la Côte d’Ivoire a présenté une liste d’industries cibles, comprenant la culture des graines de caféier, des noix de cajou et des bananes, ainsi que des projets liés à l’hydroélectricité et à la numérisation.

De plus, nombre de représentants ont présenté les réformes menées dans leurs pays pour améliorer l’environnement d’investissement.

A titre d’exemple, le gouvernement angolais a pris des mesures visant à réduire la bureaucratie en matière d’importation et d’exportation et à faciliter les procédures commerciales.

Certains pays tels que le Cameroun envisagent de renforcer la coopération manufacturière et technique avec la Chine, en vue de prolonger leur chaîne industrielle.

Pour leur part, les entreprises chinoises manifestent un grand intérêt pour le marché africain. Avec leur savoir-faire, elles contribuent au développement industriel des pays de destination.

Cette année, le groupe manufacturier chinois Hisense a renforcé ses investissements dans le projet de fabrication de réfrigérateurs en Afrique du Sud. D’après Liu Bin, un responsable de l’entreprise, Hisense augmentera son investissement et fera de l’entreprise un exemple de la coopération industrielle sino-africaine.

Tianlongxin, une entreprise de Chenzhou, dans la province du Hunan, spécialisée dans la fabrication et l’exportation de téléphones portables pour le marché africain, étudie pour sa part la possibilité de construire des usines en Ethiopie.

Cai Yong, président exécutif de l’entreprise, a indiqué que la construction d’usines en Ethiopie fournirait un meilleur accès au marché africain, réduirait les coûts de logistique et permettrait au pays de développer ses capacités manufacturières.

Radio Chine Internationale

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.