| |

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DES CAPITAUX : La CENTIF prête à faire face aux enjeux

samedi 9 avril 2022

Le président de la Cellule nationale de traitement des informations financières (CENTIF), Idrissa Mahamar Haïdara, a procédé à la diffusion des résultats de l’évaluation nationale des risques de blanchiment de capitaux et financement du terrorisme aux acteurs du secteur des mines.

Depuis plusieurs années, les phénomènes du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme (BCFT) constituent des préoccupations majeures pour le Mali en raison de la menace qu’ils constituent pour l’intégrité du système financier, la paix et la sécurité.

Au plan international, la prise de conscience de l’ampleur et de la capacité de nuisance de ces fléaux a conduit le Mali à l’instar de plusieurs Etats à se concerter afin de concevoir des réponses appropriées, dont la mise en place du Groupe d’action financière (GAFI) en 1989 et la prise de certaines Résolutions par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

Au niveau régional, les pays de la Communauté Economique et de Développement des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont créé en 2000 une institution spécialisée, à savoir le Groupe Intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Argent en Afrique de l’Ouest. Sa mission découle des Recommandations du GAFI. Ces normes sont régulièrement révisées. Au niveau de l’Union économique et monétaire Ouest africaine (UEMOA), les Etats ont mutualisé leurs expériences pour adopter en 2002 et en 2004, deux directives qui traitent respectivement de la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Le président de la Centif a mis l’accent sur la nécessité d’informer et de sensibiliser les représentants de la Chambre des mines, des compagnies minières, collecteurs d’or, exploitants miniers, orpailleurs et bijoutiers sur les résultats de l’évaluation nationale des risques de BCFT. En d’autres termes, il s’agit de sensibiliser les acteurs sur l’utilisation de l’approche basée sur le risque au cours des transactions.

Au menu de la journée, certaines thématiques ont été au centre des discussions à savoir la présentation des résultats de l’ENR relatifs aux secteurs des mines, l’obligation des entreprises et professions non financières désignées (EPNFD) du Mali en matière de LBC/FT et les pistes de collaboration avec la CENTIF.

M. Sangaré
ARC EN CIEL

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav