Version imprimable de cet article Version imprimable | |

LEGISLATIVES DANS LE DISTRICT DE BAMAKO : Ce qui caractérise les formations politiques

lundi 8 octobre 2018

Dans certaines Communes, les candidats devant défendre les couleurs du RPM et de l’Adéma aux législatives du 25 novembre 2018 sont bien connus. L’heure est désormais aux réflexions quant aux succès potentiels des uns et des autres surtout qu’il y a eu un certain « désordre » dans le choix des candidats avec son lot de démissions, notamment du côté RPM. 

Pour les législatives du 25 novembre prochain, l’Adéma et le RPM ont déjà investi certains de leurs candidats à Bamako.

Leurs listes présentent non seulement des forces, mais également des faiblesses. En ce qui concerne les forces, il faut relever tout d’abord la reconduction ou l’arrivée des barons du parti, connus dans les différentes circonscriptions comme étant des mastodontes politiques.

Les cas de Frankaly Kéita, de Bocari Tréta et bien d’autres en sont les parfaites illustrations. Certains députés sortants ont été sacrifiés au profit de nouveaux candidats. Or, la non reconduction de certains députés dans les starting-blocks pourrait causer du tort au RPM, eu égard au fait que ces derniers auraient une parfaite connaissance de la réalité politique du terrain dans les circonscriptions dans lesquelles ils avaient été élus.

Toutefois, ces « poids lourds politiques » ont l’avantage de présenter des atouts que s’ils arrivaient à développer leur garantiraient une réussite parfaite.

Pour les législatives, on note l’arrivée de nouvelles figures, considérées comme étant la relève, sinon la nouvelle génération, en réponse aux récriminations des populations qui ne cessent de condamner l’investiture des mêmes personnalités à chaque élection. On peut citer le cas des candidats Adéma-RPM de la Commune IV (Assétou Traoré et Aboubacar Magassouba), de la Commune V, Mme Katilé, conseillère municipale.

S’agissant des faiblesses, celles-ci se font déjà ressentir notamment au niveau des réactions quotidiennes et des contestations enregistrées au lendemain de l’investiture des candidats.

Premièrement, certains candidats auraient une image négative dans leurs circonscriptions électorales. Les différentes bases leur reprocheraient d’avoir été des freins pour la défense des intérêts de leur électorat.

Dans le choix des candidats investis, la base reproche l’impopularité et le manque d’expérience notoire de certains candidats. En effet, une partie des candidats investis seraient en situation de faiblesse, tout simplement parce que la base ne se reconnaîtrait pas dans leur choix. Le cas du président du parti, Bocary Tréta en Commune V et celui de Frankaly Kéita en sont la preuve.

Mamadou Sidibé
Journal Hebdomadaire malien « ARC-EN-CIEL »

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques