Version imprimable de cet article Version imprimable | |

L’Italie veut envoyer des soldats au Niger, refus de Niamey

dimanche 28 janvier 2018

L’Italie avait annoncé, fin 2017, son intention d’envoyer des militaires au Niger afin de lutter contre l’insécurité. Paolo Gentiloni, le Premier ministre italien, avait précisé que cette décision faisait suite à une demande venue du gouvernement nigérien. Un premier contingent de 120 hommes devait partir pour le Niger en ce début d’année. Mais le gouvernement nigérien nie avoir été consulté à ce sujet.

Si l’on en croit des sources officielles, la nouvelle de l’envoi de 470 soldats italiens au Niger, le gouvernement nigérien l’a apprise par une dépêche de l’AFP. « Nous n’avons pas été consultés ni informés. Nous étions surpris », confie une source gouvernementale au Niger à RFI.

Une autre source gouvernementale assure que le pays n’est pas d’accord pour accueillir cette force : « Nous avons indiqué aux Italiens par le biais de notre ministre des Affaires étrangères que nous ne sommes pas d’accord. »

Angelino Alfano, le ministre italien des Affaires étrangères, était en visite à Niamey le 3 janvier, il a rencontré son homologue avant d’inaugurer pour la première fois une ambassade italienne dans le pays. Pour l’Italie, l’envoi de soldats au Niger servira à « renforcer les mesures de sécurité sur le territoire, aux frontières et à soutenir la police ». Mais nos sources nigériennes affirment que pour l’entrainement, « nous avons ce qu’il faut avec les Américains, nous nous coordonnons aussi avec les Français ».

Ces sources confirment toutefois l’existence d’un dialogue et d’une coordination sécuritaire et technique avec l’Italie, mais tout cela n’implique en aucun cas le Niger pour l’accueil d’une telle mission.

Les députés italiens ont entériné le 17 janvier dernier le déploiement d’une mission militaire au Niger afin d’aider les autorités locales à renforcer le contrôle du territoire par lequel transitent des nombreux migrants en direction de l’Europe.

Les Libyens non plus n’ont pas été consultés

Les députés italiens ont également entériné, le 17 janvier dernier, le renforcement de la mission italienne en Libye. Rome possède une base militaire à Misrata, au centre du pays où stationnent 300 hommes. Elle possède également une base maritime à Tripoli et des forces de sécurités pour garder sa mission diplomatique. Les gardes du corps du Premier ministre libyen sont aussi des Italiens. L’Italie a le droit d’utiliser le ciel et les eaux territoriales libyennes. Elle a décidé de porter à 400, le nombre de ses hommes à Tripoli.

Décision qui fait des vagues en Libye comme au Niger. Le gouvernement de Tripoli qui avait autorisé la présence de 300 militaires italiens en 2016, a demandé une explication à l’Italie. Quant au gouvernement de l’est, il a profité de l’occasion pour accuser l’Italie de soutenir une partie des Libyens contre une autre.

L’Italie cherche à se positionner en Afrique

Selon plusieurs experts, l’Italie cherche aujourd’hui à se positionner en Afrique. Ces différentes initiatives expriment cette récente volonté de s’installer dans le Sahel et le Sahara sur le long terme.

Au début de l’année, lors de sa tournée africaine, le ministre des Affaires étrangères italien avait déclaré que les pays au sud du Sahara constituent en 2018 une priorité pour l’Italie.

Après l’ouverture de son ambassade à Niamey, l’Italie a ouvert son ambassade en Guinée et se prépare à le faire au Burkina Fasso.

L’Italie, confrontée au phénomène de la migration clandestine, fait tout son possible, pour diminuer les flux migratoires vers ses côtes. Avant d’arriver en Italie, les migrants traversent les pays de la bande sahélo-saharienne.

Par RFI

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques