Version imprimable de cet article Version imprimable | |

L’Afrique doit créer 20 millions d’emplois par an pendant 20 ans, selon le FMI

samedi 10 novembre 2018

Pour doubler la création annuelle d’emplois, l’organisation internationale appelle les décideurs africains à investir notamment dans les systèmes éducatifs.

Vingt millions, c’est le nombre d’emplois nets que doit créer chaque année l’Afrique subsaharienne au cours des vingt prochaines années pour « absorber les nouveaux arrivants sur les marchés du travail », estime le Fonds monétaire international (FMI). Dans son étude sur « les flux de capitaux et l’avenir de l’emploi » en Afrique subsaharienne, publiée le 8 novembre 2018, elle estime que seuls 10 millions d’emplois nets sont actuellement créés chaque années dans la région.

Adéquation formation-emploi

Pour y parvenir, les experts du FMI préconisent aux décideurs d’investir davantage dans les « systèmes éducatifs flexibles » pour favoriser « la capacité d’adaptation et de formation tout au long de la vie ». L’étude conseille également de travailler à « approfondir l’intégration commerciale » en vue de faire émerger « un grand marché intérieur ».

D’autre part, les experts du FMI recommandent la promotion d’une « urbanisation intelligente » afin de rendre les villes plus « fonctionnelles » et de « favoriser la connectivité » numérique pour l’essor de « nouvelles formes d’activités économiques ».
Croissance

L’objectif, passer à terme à une croissance moyenne de 6 % entre 2018 et 2022 contre 4 % retenus par le FMI dans son scénario de référence. La tendance pourrait alors faire progresser l’emploi de 0,6 à 0,8 point de pourcentage à moyen terme et booster la création nette à « environ 16 millions de postes par an d’ici à 2022 », explique l’étude.

Quatrième révolution industrielle

S’intéressant à la dernière vague de progrès technologique sur la région, surnommée parfois « quatrième révolution industrielle », le rapport estime qu’elle « pourrait augmenter la productivité » de la région lui permettant de « se passer de technologies obsolètes et de certaines infrastructures ».

Elle prévient dans le même temps que celle-ci pourrait tout autant « créer des problèmes », en favorisant la relocalisation d’activités manufacturières vers les pays avancés », ce qui compromettrait « le modèle traditionnel de croissance tiré par les exportations ».

« L’enjeu pour les décideurs » consiste donc à « conserver une attitude ouverte à l’égard des différentes stratégies de croissance », prévient le rapport.

https://www.jeuneafrique.com/emploi...

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques