Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Journée panafricaine de la femme : La ligue des femmes Aoua Keita du parti SADI sensibilise

lundi 5 août 2019

« Le rôle de la femme dans le processus de maintien de la paix et de la cohésion sociale et la diversité culturelle ». Tel était le thème de la conférence débat organisée le samedi 3 août 2019 par la ligue des femmes du parti SADI. Elle s’inscrit dans le cadre de la commémoration de la journée panafricaine de la femme, célébrée chaque année le 31 juillet. C’était à la Radio Kayira.

A titre de rappel, le 31 juillet a été consacré « Journée de la femme africaine » à l’occasion du premier congrès de l’Organisation Panafricaine des Femmes (PAWO en anglais) qui s’était tenu à Dakar, au Sénégal, le 31 juillet 1974. Pour cela, cette année, la ligue des femmes du parti SADI en commérant cette journée a décidé d’échanger sur les sujets d’intérêts publics dans notre pays. Elle s’était fixée l’objectif d’informer et de sensibiliser sur le rôle de la femme dans le processus de maintien de la paix et de la cohésion sociale, ainsi que la diversité culturelle.

« Conformément aux idéologies de notre idole Aoua Keita, tous les efforts de ce groupement doivent être patriotiques », a déclaré Mme Traoré Fily Diallo, présidente du bureau national de la ligue Awa Keita. Autrement dit, elle invite les femmes à prendre la relève de cette pionnière ainsi que certaines de ses devancières nationales et sous régionales.

L’occasion était favorable pour elle de remercier toutes ses camarades qui ont massivement répondu présent afin de poser les jalons de la réussite féminine en terme d’autonomisation et développement.

De son coté, Mariam Diawara, avocate de son État, conférencière, a révélé que nombreuses sont les femmes qui ont autant résisté à la pénétration coloniale et qui ont participé au combat de la décolonisation et à celui de la mise en place du panafricanisme. Selon elle, pour que les femmes jouent pleinement leur rôle dans la situation actuelle du Mali, elles ont l’obligation de dénoncer la mauvaise gouvernance, tout en mettant en exigeant que ce ne soit plus seuls les hommes qui doivent décider de l’avenir de leur pays. La conférencière dira que c’est grâce aux efforts de Aoua Keita, non moins première femme députée de l’Assemblée nationale que le Mali a été choisi pour diriger le poste de secrétariat général de l’Union africaine.

« Il n’y a nullement un conflit intercommunautaire ou ethnique au centre. Mais, plutôt un ennemi invisible, voilé qui veut coûte que coûte mettre fin au vivre ensemble qui a longtemps été la fierté et la référence du Mali », a fait savoir Abiba Bamba, présidente de l’antenne du district de la ligue Awa Keita. En rappelant que depuis l’Égypte antique, les pharaons avaient eux aussi reconnus le rôle primordial de la femme où elles étaient des conseillères spéciales pour les grandes décisions. Quant à Mariam Touré, secrétaire administrative du bureau national de la ligue Awa Keita, il est crucial que les femmes prennent en main leur destin.

Lors de ce cadre d’information et de sensibilisation, l’accent a été également mis sur le rôle de la femme dans l’éducation des enfants, notamment la scolarisation des filles comme vecteur d’autonomisation et d’intégration sociale.

La rencontre a été clôturée par les encouragements du secrétaire général dudit parti à l’endroit des femmes de la ligue Aoua Keita. Il a par ailleurs conclu qu’ils espèrent compter sur cette ligue pour le triomphe du parti SADI.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.