• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Election présidentielle au Mali : l’Appel au calme du Consortium Panafricain des Observateurs Electoraux de la Société Civile Africaine et de la Diaspora en Europe

    « Cette proclamation provisoire qui provient après une centralisation et consolidation des résultats en toute transparence devant les représentants des candidats et aussi en présence d’observateurs nationaux et internationaux, notre Consortium se félicite que

    Présidentielle au Mali/ MIOE-O2A : « le 2ème tour de l’élection présidentielle … a été libre, transparente et équitable »

    « La mission Internationale d’Observation Electorale des ONG et Associations Africaines (MIOE-O2A) considère que le second tour de l’élection présidentielle du 12 août 2018 a été libre, transparente et équitable ». La déclaration a été faite Tetevi Nyatefe Eli,

    Second tour de la présidentielle au Mali : Que dit la Mission d’observation électorale de la société civile africaine ?

    "Nonobstant quelques insuffisances, La mission d’observation électorale de la société civile africaine (LA MOESCA) s’accorde pour affirmer que le deuxième tour de l’élection présidentielle du 12 aout 2018 en République du Mali s’est déroulé dans un climat apaisé,

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Journée internationale de la femme : Les douanières mettent un accent sur leur rôle dans la gestion de la sécurité

    mercredi 21 mars 2018 , par Assane Koné

    « Rôle des douanières dans la gestion de la sécurité au Mali », tel est le thème de la conférence de presse organisée par l’association des femmes douanières et épouses des douaniers au Mali.

    A l’instar des autres femmes du Mali, l’association des femmes douanières et épouses des douaniers du Mali, dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la femme, a organisé le jeudi 15 mars 2018 une conférence de presse au bureau des douanes à Faladiè, sous la direction de Mme Sidibé Awa Doumbia, présidente de ladite association.

    Mme Sidibé Awa Doumbia, présidente de l’association des femmes douanières et épouses des douaniers du Mali, a déclaré que la directeur générale des Douanes, de part sa mission de perception des droits et taxes qui alimentent le budget de l’Etat, l’administration des douanes est un acteur du développement. Elle a ajouté que la politique du gouvernement exige qu’elle s’acquitte pleinement de ses missions : fiscales, économiques et particulières.

    Parlant de la politique du genre au sein de la direction générale des douanes, elle dira que dans le souci de promouvoir le genre, une association des femmes douanières et épouses des douaniers du Mali a été créée depuis 2010. Elle compte également en son sein, les anciennes douanières admises à faire vouloir leurs droits à la retraite. L’objectif principal selon elle, est la création d’une chaine principale de solidarité visant à promouvoir l’autonomisation économique des femmes. Pour cela cette rencontre d’échange avec la presse selon elle permettra aux femmes douanières et épouses des douaniers d’améliorer ou d’actualiser leurs connaissances sur les questions de genre. Elle dira que cela justifie leur implication dans le processus de la paix, de la réconciliation et de réforme constitutionnelle.

    S’adressant aux femmes douanières, elle dira qu’elles jouent le rôle d’observatrice des politiques et des stratégies en vigueur dans notre pays. « Vous êtes une vitrine de la lutte et du combat des femmes et des hommes qui ont forgé l’histoire du pays. Vous êtes une porte parole permanente des sans voix. Vous êtes une icône de la génération actuelle, une référence de la génération future et un repère pour toutes les femmes », a-t-elle indiqué.

    La Présidente a clairement dit que dans le cadre de leurs missions subsidiaires, les femmes douanières aussi bien que les hommes douaniers interviennent dans la sécurisation des personnes et des biens. Avant d’affirmer que les femmes douanières évoluent sur le même terrain que les hommes douaniers au niveau des frontières, au niveau des postes de douane, des bureaux et des Brigades entre autres fluviales (Bamako, Kayes, Ansongo, Mopti) et commerciales.

    Des recommandations pertinentes

    Face aux défis multiples du moment, elle a recommandé de rappeler les douanières au respect du code d’éthique et de la déontologie, d’exhorter les douanières à s’engager dans toutes les activités de renforcement de capacité afin d’être à hauteur de compétence, la formation continue du personnel féminin au tir et au combat (tous les six mois), le recyclage de la femme douanière au maniement des armes surtout celles de dernières générations disponibles avec les autres corps des forces armées et de sécurité, d’outiller le personnel féminin en moyens de défense adaptés à la menace du moment, d’accroitre le niveau de responsabilité des femmes douanières dans les plateformes (accord d’Alger, G5 sahel) et autres instances de prises de décision, d’amener la femme douanière à mieux participer à la consolidation de la paix et à la réconciliation en cours.

    Bintou COULIBALY}

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce