• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

    (LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

    Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

    La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

    Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

    La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Journée de concertation avec les Patrons d’entreprises : La création d’un environnement propice à la promotion des industries au programme

    lundi 6 février 2017 , par Assane Koné

    C’est dans le souci de renouer avec la croissance, promouvoir l’emploi et conforter le regain de rayonnement de notre pays que le ministère du développement industriel a organisé le samedi 4 février 2017 au Conseil National du Patronat du Mali ( Cnpm) une journée d’échanges avec les patrons des entreprises industrielles. Ce cadre de concertation se voulait un moyen d’impliquer les entreprises pour une meilleure prise en compte de leurs préoccupations, dans la formulation des politiques et stratégies de développement industriel.

    Placée sous la présidence du ministre du développement industriel, Mohamed Ali Ibrahim, la journée a enregistré la présence des représentants du président du Cnpm, du gouverneur du district de Bamako et de plusieurs structures faitières du secteur privé (Cnpm, Cicm).

    Le Mali a une piètre réputation d’être le plus gros importateur de l’Uemoa. Pour cela, il est impérieux de renforcer son infrastructure industrielle actuellement embryonnaire et de diversifier le marché aussi bien au plan national qu’à l’échelle communautaire et internationale. C’est pourquoi, le ministère du développement industriel a jugé nécessaire de donner un nouveau départ à la machine de production en initiant ce cadre de concertation entre les acteurs étatiques concernés et ceux du secteur privé industriel.

    Cette rencontre regroupe les représentants du département du développement industriel, des services techniques et de l’organisation patronale des industriels, et des structures faitières du secteur privé (Cnpm, Cicm). Elle fut une occasion pour les acteurs impliqués de procéder à une analyse diagnostique de la situation et de s’accorder sur les voies et moyens pour apporter des réponses collectives et appropriées pour le progrès et de l’émergence.

    Mamourou Haïdara, représentant du président du Cnpm a indiqué que cette rencontre était la preuve de l’engagement de tous les acteurs impliqués dans le secteur de l’industrie à travers la mise en place d’un environnement favorable à la pratique des affaires dans le pays. « Notre ambition est de faire du Mali un pays prospère et solidaire, doté de fortes valeurs morales et possédant une économie complétive dynamique et résiliente. Un Mali performant par ses entreprises, son climat d’affaires, son environnement social, respectant la propriété privée et garantissant le droit du citoyen à la sécurité de sa personne et de ses biens », a-t-il déclaré.

    Pour sa part le ministre du développement industriel, Mohamed Ali Ibrahim a estimé que le parc industriel est vétuste, sclérosé, inadéquat et embryonnaire. « Nous sommes le gros importateur des produits finis de l’espace Uemoa. Pourtant nous disposons de ressources naturelles fabuleuses et d’une main d’œuvre laborieuse et d’un climat des affaires reconnues comme le plus attractif de la sous-région », a-t-il avancé.

    Ce tableau peut reluisant, selon lui, doit interpeller la conscience patriotique de tous les maliens et particulièrement les pouvoirs publics et les industriels. Avant d’ajouter que « l’ambition de mon département est de créer dans un bref délai les conditions les plus optimales pour que le secteur secondaire occupe la place qui lui revient dans la structure d’une économie moderne en vue de presser le rythme de la marche de notre pays sur le chemin de l’émergence et du progrès », a-t-il indiqué.

    Pour ce faire, le ministre a estimé qu’il faudrait poursuivre la mise en œuvre de stratégies, de plan d’action de la politique du développement industriel, adopté par le gouvernement en 2010 en relation avec les organisations faitières et les autres départements concernés.

    Aux termes des travaux plusieurs recommandations ont été formulées visant à créer un environnement favorable à la promotion des industries.

    Moussa mallé Sissoko

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce