Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Interview du chef de l’Etat dans le journal « Jeune Afrique » : Le FDS accuse IBK de vouloir saboter le dialogue national inclusif

jeudi 11 juillet 2019

« Dans le fond et dans la forme, ladite interview vise à saboter le dialogue national inclusif ainsi que le processus de décrispation politique ». Telle est la conviction du FDS, qui l’a clairement dit dans le communiqué en date du 10 juillet et qui a sanction sa réunion extraordinaire du 9 juillet 2019.

« C’est avec un réel étonnement, surprise et indignation que le FSD a découvert l’interview donnée par le chef de l’Etat dans le journal « Jeune Afrique » du 30 juin au 6 juillet 2019, dans laquelle la légèreté le dispute à la duplicité », indique le communiqué. Avant d’ajouter que « dans le fond et dans la forme, ladite interview vise à saboter le dialogue national inclusif ainsi que le processus de décrispation politique qui lui est nécessaire, en s’en prenant d’une part à tous les acteurs politiques et sociaux y compris ses propres alliés et d’autre part en réduisant les véritables questions nationales à une querelle de personne ».

Selon le FDS, « aucun Malien lucide ne doute que l’ampleur de la crise politique actuelle tient aux conditions dans lesquelles, l’élection présidentielle a été organisée et surtout les résultats frauduleux proclamés et la mauvaise gouvernance dans laquelle baigne le Mali depuis l’accession de IBK au pouvoir en 2013 ».

Le FDS regrette que « le chef de l’Etat en total déphase avec le pays, dans un déni de réalité réduit cette crise à une question de personne, à l’humeur du chef de file de l’opposition, Soumaila Cissé ». Pire, Soumaïla Cissé et ses camarades estiment que « Ce faisant, il insulte la démocratie, toute l’opposition, tous les candidats ayant reconnu le caractère frauduleux des résultats de l’élection présidentielle ». Estimant qu’ « en dépit du fait qu’il a eu à prendre des textes liberticides dans le pays, face à la colère populaire, par cette interview, il tire le pays en arrière et alimente la crise politique ».

Pour Soumaïla Cissé et ses camarades, « cette interview de Ibrahim Boubacar Kéita, prouve à suffisance que le dialogue national inclusif sincère et fécond avec toutes les forces vives de la nation n’est pas son souci. Il est convaincu d’avoir tout obtenu et croit n’avoir plus besoin de personne ».

En guise de conclusion, le FDS dira qu’il reste confiant que le peuple malien a pris la mesure de l’importance du dialogue national inclusif, seul moyen de mettre un terme au processus avancé d’effondrement et de décomposition de l’Etat, et d’endiguer la menace qui pèse sur la survie de notre nation.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de