Version imprimable de cet article Version imprimable | |

IBK au Journal le Monde /A propos de l’Algérie et du Maroc : « Mais aucun des deux ne nous a jamais fait grief de notre relation avec l’autre »

vendredi 23 février 2018

Les journalistes du Monde ont posé deux questions à IBK : « Vos relations se seraient passablement rafraîchies avec votre puissant voisin algérien… » et « Comment maintenez-vous votre relation à équidistance avec l’Algérie et le Maroc ? Sans fuite en avant IBK a répondu et de la plus belle manière. Lisez !

« L’Algérie est un partenaire important. Je n’ai aucune pression de sa part et notre relation va au mieux », a-t-il indiqué. Avant de préciser « C’est nous qui avons décidé d’aller en Algérie et de lui donner le rôle qu’elle joue encore aujourd’hui dans les négociations intermaliennes. Alger préside le comité de suivi de l’accord et nous aide en matière de formation militaire ». « Avec la France, nous discutons souvent à trois d’ailleurs », a-t-il ajouté.

IBK a reconnu qu’il y a des difficultés entre nos frères du Maghreb. « Cela nous préoccupe au plus haut point », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter « Mais aucun des deux ne nous a jamais fait grief de notre relation avec l’autre ». Très précis, le Président malien dira que « Le Mali partage 1 360 km de frontière avec l’Algérie. Nous avons aussi une histoire de soutien de mon pays à la révolution algérienne pour l’indépendance. Avec le Maroc, nous avons un profond lien historique, culturel et cultuel ».

« Le Mali veut préserver ces deux relations privilégiées et souhaiterait même pouvoir aider à l’apaisement entre ces deux pays frères, comme ce fut le cas dans le temps », a-t-il déclaré. Avant de rappeler que « C’est à Bamako que le roi [du Maroc] Hassan II et [le président algérien] Ahmed Ben Bella s’étaient retrouvés pour signer un accord de cessez-le-feu [le 30 octobre 1963]. Très modeste et humble, IBK dira « Mais je suis encore loin d’égaler mon grand-oncle et prédécesseur, le président Modibo Keïta, qui avait brillamment mené cette médiation ».

A.K

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques