Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Grève dans la justice : Le soutien des magistrats du Burkina Faso aux magistrats maliens

mardi 9 octobre 2018

Depuis quelques semaines, les magistrats du Mali sont en grève illimitée. Face au mutisme des autorités maliennes, les magistrats du Burkina Faso ont adressé dans un communiqué leur soutien aux magistrats maliens.

Le Communiqué qui date du 7 octobre 2018, a été signé par Christophe Compaoré, secrétaire général du syndicat des magistrats burkinabé (SMB), Emmanuel Ouédraogo, Secrétaire général du syndicat autonome des magistrats burkinabé (SAMAB), et Moriba Traoré, secrétaire général du syndicat burkinabé des magistrats.

Dans ce communiqué, les syndicats de magistrats du Burkina Faso, sans détour, soutiennent leurs homologues maliens dans leur combat. Ils les rassurent de leur totale disponibilité. « Les syndicats de magistrats du Burkina Faso suivent avec une attention particulière la lutte résolue qui est en cours au niveau de la magistrature malienne pour l’avènement de reformes à même d’assurer l’indépendance de la justice malienne et de la soustraire du sceau de certaines difficultés habituellement calculées, cultivées et entretenues sous nos cieux par les adeptes d’une justice sous influence », indique le communiqué.

Selon le document, les syndicats de magistrats du Burkina Faso voudraient, apporter leur plein soutien aux syndicats frères du Mali et les assurer de leur parfaite disponibilité là où ils pourront être d’un certain appui.

« Les syndicats du Burkina Faso restent convaincus qu’à ce tournant historique pour la justice malienne, chaque magistrat malien saura, quelque soit le poste qu’il occupe, se hisser à la hauteur des enjeux », indique le communiqué.

Dans leur déclaration, les magistrats burkinabé ont rappelé à toutes fins utiles que la manière dont la justice et ses acteurs sont traités dans un pays renseigne à suffisance, et au-delà des éventuelles professions de foi, sur l’attachement réel ou non de ses gouvernants à l’Etat de droit.

Enfin, les magistrats burkinabés ont nourri l’espoir qu’il sera compris que la lutte engagée par les magistrats maliens va au-delà d’eux pour intéresser tout le peuple malien ainsi que l’avenir et l’honorabilité de tout le Mali.

Kady Diarra
Stagiaire

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques