Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Fête de l’Afrique : Sidi Brahim Ould Sidati , un patron de la CMA se fait rappeler à l’ordre par Tiébilé Dramé

dimanche 26 mai 2019

Depuis un certain temps, aveuglés par leurs revendications sécessionnistes, des responsables de la CMA deviennent maladroits de jour en jour. Si nom comment comprendre qu’un malien qui a de tout temps tété à la mamelle nationale, au nom d’un Etat chimérique dont l’existence n’est pas un acquis et ne saurait l’être, refuse de se mettre débout pour honorer l’hymne national et le drapeau malien. Heureusement que Tiébilé Dramé était dans la salle.

Selon notre confrère Moustaph Maïga de Ségou, la réception offerte au Gouvernement malien, au corps diplomatique au Mali et à la société civile malienne, à l’occasion de la Journée de l’Afrique, hier soir au Sheraton Hôtel, par Pierre Buyoya, Haut Représentant de l’Union Africaine pour le Mali et le Sahel, n’a pas été de tout repos Sidi Brahim Ould Sidati de la CMA.

Pour cette cérémonie, le Ministre de l’Intégration Africaine absent, a été représenté par Tieble Drame, Ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale. Et, comme si Dieu fait toujours bien les choses, Tiébilé Dramé n’a pas porté de gant pour recadrer publiquement « le Responsable CMA qui fut seul à mépriser le chant de l’hymne national du Mali », selon Moustaph Maïga..

Sur sa page facebook, il a retranscrit les propos de Tiébilé Dramé que nous vous proposons intégralement. Lisez !

« L’Accord d’Alger, c’est un tout. On ne peut pas le saucissonner. L’Accord d’ Alger, c’est l’armée nationale reconstituée, ce sont les zones de développement économique, ce sont les réformes politiques pour renforcer la réconciliation nationale et la démocratie. L’Accord d’Alger, beaucoup l’oublient, c’est le respect de l’intégrité du territoire national, c’est le respect de l’unité nationale, c’est le respect de la forme républicaine et laïque de l’État. L’ Accord d’Alger, c’est le respect du drapeau national, le respect de l’hymne national, le chant du Mali.
Or, quand le chant du Mali était entonné, au début de la cérémonie, alors que tous les diplomates et les Maliens étaient debout, avec respect et solennité, le président de la CMA, mon frère Sidi Brahim Ould Sidati était d’abord assis, ensuite quand il s’est levé, avec désinvolture, il avait les bras croisés. L’Accord d’Alger, c’est le respect de l’hymne national du Mali ».

Sûrement que Sidi Brahim Ould Sidati ignorait tout cela. Dans tous les cas la leçon lui a été bien assénée par Tiébilé Dramé dans une démarche pédagogique exceptionnelle. Et, nous sommes sûrs que le responsable de la CMA ne l’oubliera pas de sitôt.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.