• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Force conjointe du G5 Sahel : Prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, à l’ordre du jour

    La Minusma, l’OHCHR, le G5 Sahel et l’UE, se sont donnés la main pour renforcer les capacités de la Force conjointe du G5 Sahel en matière de prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Communiqué de

    Transhumance dans les groupes armés : Des éléments du Gatia trouvent refuge au HCUA

    Décidément, le Mali vit à l’heure des démissions. « Je démissionne de ce machin pour aller adhérer à cet autre machin », est désormais devenu une litanie familière aux maliens. La pratique jusque-là réservée au politicien, vient de gagner les mouvements armés au

    Mouvement ON A TOUT COMPRIS « Waati Sera » : « Nous ne sommes point des extrémistes »

    « Nous ne sommes point des extrémistes, nous estimons que nos interrogations à l’endroit de la diplomatie française et notre appel au respect des valeurs républicaines méritent des réponses idoines de la part de la France. Donc, c’est une façon à nous, d’exprimer

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Festival International des Cauris du Mandé : La 10ème édition aura lieu du 16 au 18 décembre 2016 à Siby

    mercredi 7 décembre 2016 , par Assane Koné

    En vue de promouvoir la médecine traditionnelle et la culture mandingue à travers les cauris comme art divinatoire, le Centre Culturel de Fescauri (CCF) organise, du 16 au 18 décembre 2016 à Siby, la 10ème édition du Festival International des Cauris du Mandé (Fescauri). Le thème retenu cette année est « le savoir local : paix et protection de l’environnement ».

    L’information a été donnée, le mardi 6 décembre 2016 à l’Institut Français du Mali, lors d’une conférence de presse animée par le président du CCF, Mandjou Yattara, en présence de la directrice de l’Institut Français du Mali et du président du comité scientifique du Fescauri, Bakary Toumagnon.

    Se sont des notes musicales du célèbre Habib Koita, artiste chanteur, qui ont données le ton au lancement de la 10ème édition du Fescauri.

    En effet, les acteurs de cette manifestation culturelle ont placé cette édition d’une part sous le signe du dialogue des spiritualités à travers la musique et d’autre part aider à faire émerger la culture de la paix.

    Selon le président du Fescauri, le cauris est un objet fédérateur pour l’ensemble des Négro-africains et d’ailleurs. « L’idée est de rassembler des acteurs socioculturels de diverses ethnies africaines autour des arts divinatoires, de la musique et de la médecine traditionnelle ».

    Il a ajouté qu’au-delà de sa dimension culturelle malienne et africaine, cet événement annuel constitue aussi un moyen d’apprentissage pour les jeunes. « Nous pensons aux jeunes générations à qui nous devrons transmettre le témoin, bien sûr avec des codes de ce qu’on appelle aujourd’hui : le patrimoine immatériel. Ces générations seront le public de demain », a-t- il déclaré.

    En effet, la particularité de cette édition sera les expressions artistiques de la confrérie des chasseurs. Les savoirs de la médecine traditionnelle du Mandé avec des sensations auditives et visuelles seront expliquées aux festivaliers. Une bonne place sera réservée aux arts divinatoires (le jet de cauris, la géomancie, la numérologie et la consultation de marabout).

    Des conférences débats seront animées par des chercheurs de plusieurs disciplines autour des thématiques : cauris et chasseurs, entre le mythe, la thérapie et protection de l’environnement. Sont également inscrits dans le programme les ateliers (soins, rituels, consultations, initiation, yoga et animations), des visites touristiques, des foires d’expositions et des veillées autour du feu sacré.

    Des grandes figures de musique malienne et africaine se partageront la scène pour égayer le public, notamment Habib Koita, Toumani Diabaté, Vieux Farka, Oumou Sangaré et plein d’autres surprises.

    De son coté, la directrice de l’Institut Français du Mali a dit qu’elle se réjouit beaucoup pour accompagner le Fescauri 2016 à travers une exposition autour de la confrérie des chasseurs.

    Pour sa part, le président du comité scientifique du Fescauri, Bakary Toumagnon dira que le comité est composé d’intellectuels de divers domaines. Il s’attèle à faire de prévision et le répertoire de la médecine rationnelle.
    La présentation d’un livre intitulé « Médicine traditionnelle et art divinatoire » et une projection vidéo retraçant l’impact du fescauri sur l’économie locale.

    Moussa Mallé SISSOKO

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce