Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Elections communales : Bureaux de vote cherchent électeurs en Commune I

dimanche 20 novembre 2016

Il y a d’énormes chances que le vainqueur des élections communales du 20 novembre 2016 au Mali soit le taux d’abstention. Si l’on extrapolait la faible mobilisation constatée en commune I du District de Bamako sur toute l’étendue du territoire, il n’y a aucun doute, la plupart des Maires dans nos communes seront élus par une infime portion de la population. A Doumanzana, Djélibougou et Boulkassoumbougou, au moment de notre passage à la mi-journée, il n’y avait pas grande mobilisation et pas d’incidents majeurs à signaler.

Bouba Kané, Coordinateur du Centre d’élection de Doumanzana : « Les opérations ont effectivement démarré à 8 heures »

« Les opérations ont effectivement démarré à 8 heures », nous a indiqué Bouba Kané. Mais, il a souligné que quelques bureaux n’ont pas pu démarrer à l’heure parce que les Présidents de ces bureaux de vote étaient en retard.

« Normalement, c’est depuis hier que les Présidents des bureaux de vote devaient être en possession des urnes », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter qu’il a attendu de 9 heures à 19 heures, le matériel électoral qui n’arrivait.

« Mais, les policiers qui ont sécurisé le centre de vote m’ont informé que le matériel est arrivé aux environs de minuit. Après vérification, je peux vous assurez qu’il était pratiquement complet, sauf que les fiches de dépouillement n’étaient pas suffisants. Mais, je viens de les recevoir en quantité », a-t-il expliqué.

Il a regretté la faible mobilisation des électeurs, en espérant que dans l’après midi, les chose s’améliorent. Selon lui, son centre compte 30 036 électeurs, dont 14 379 femmes et 15 657 hommes, pour 61 bureaux de vote.

Zoumana Tounkara, Coordinateur du Centre d’élection de Djélibougou : « Faible influence des électeurs, mais pas de problème dans l’organisation »

A notre passage au Centre de vote du groupe scolaire de Djélibougou, il n’y avait pratiquement pas de rangs devant les bureaux de vote. Les électeurs ne s’y bousculaient pas. Arrivés à compte goutte, les électeurs accomplissaient calmement leur devoir citoyen et rentraient chez eux. Ici, comme ailleurs, les SOTRAMA mobilisés par les différents états majors venaient d’entrer dans la danse.

A Djélibougou, ce sont 19 891 électeurs qui ont été inscrits sur la liste électorale. Parmi eux, il y a 9 059 femmes et 10 832 hommes, pour 40 bureaux de vote.
Ici, Zoumana Tounkara, Coordinateur du Centre de vote, nous a indiqué qu’il n’y a aucun problème au niveau de son centre. Selon lui opération de vote ont démarré à 8 heures, étant attendu que tout le matériel était en place depuis la veille.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en