Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Élection présidentielle du 29 Juillet 2018 : Soumaïla Cissé dénonce l’existence d’un ficher électoral parallèle

vendredi 20 juillet 2018

Le Directoire de campagne de Soumaïla Cissé, conduit par son Directeur de campagne, au cours d’une conférence de presse organisée le 20 juillet 2018, à l’hôtel de l’Amitié, est monté au créneau contre la publication sur le site Internet de la Délégation Générale aux élections (DGE, d’un fichier électoral différent de celui qui a été audité par les experts nationaux et de l’Organisation Internationale de la Francophonie. Tiébilé Dramé n’est pas allé de main morte pour accuser le Gouvernement du Mali. Selon lui, sa responsabilité est entièrement et gravement engagée dans ce qui s’apparente à une vaste tentative de fraude tendant à prendre en otage le vote des Maliennes et des Maliens.

Tiébilé Dramé, Directeur de campagne du candidat Soumaïla Cissé, est aujourd’hui convaincu que le Camp du Candidat IBK, soutenu par le Gouvernement du Mali, à travers la manipulation du fichier électoral, s’est octroyé un potentiel de fraudes sur au moins 1 241 574 voix.

Tiébilé Dramé a rappelé que le fichier électoral 2018 du Mali a été audité en avril 2018 par un Comité d’experts nationaux et de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Selon lui, les conclusions de cet audit présentées au Premier Ministre, le 27 avril 2018, à Bamako indiquaient que le fichier électoral du Mali était « suffisamment fiable pour permettre la tenue des élections générales de 2018 ». Tiébilé Dramé a insisté sur le fait que le Président du Comité d’audit et le Directeur de la Direction Générale aux Élections (DGE) avaient alors précisé que le fichier avait été nettoyé de tout doublon et que le nombre définitif d’électeurs avait été arrêté à 8 000 462 inscrits.

A la conférence de presse du 20 juillet 2018, il a déclaré qu’il leur a été donné de constater de nombreuses incohérences entre le fichier audité et la version électronique mise en ligne à partir 4 juillet 2018 par la Délégation Générale aux Élections (DGE). « Plusieurs sortes d’anomalies interrogent et peuvent être apportées à la connaissance de l’électorat malien », a-t-il indiqué. Avant d’égrener un long chapelet d’anomalies.

Selon Tiébilé Dramé, le fichier mis en ligne contient en fait 8 105 654 électeurs. Il a aussi indiqué qu’il se caractérisait par le retour des doublons. « Le fichier électoral contient de nombreux électeurs dont le numéro NINA apparaît à plusieurs reprises dans la liste électorale », a-t-il précisé. Avant d’ajouter que sur l’ensemble du fichier électoral, cette anomalie laisse supposer un potentiel de 275 761 voix fictives.

En ce qui concerne les électeurs supplémentaires, il dira que le nombre d’électeurs indiqués dans les statistiques du fichier électoral ne correspond pas au nombre d’électeurs réellement inscrits. « Sur l’ensemble du fichier électoral, cette anomalie laisse supposer un potentiel de 488 813 voix fictives », a-t-il déclaré.

Par rapport aux Centres et bureaux de vote additionnels, il dira que dans certaines communes, le nombre de centres et de bureaux de vote ventilés par village, fraction ou quartier (VFQ) ne correspond pas avec le chiffre consolidé. Tiébilé Dramé a déclaré que sur l’ensemble du fichier électoral, cette anomalie laisse supposer un potentiel de 477 000 voix fictives.

Le Directeur de campagne de Soumaïla Cissé dira que le fichier électoral pour les circonscriptions à l’étranger est non documenté. Selon Tiébilé Dramé, alors que le fichier électoral fournit toutes les informations sur la liste des enrôlés au Mali (nom, prénom, sexe, photo, localité, date et lieu de naissance, centre et bureau de vote…), il ne contient aucune de ces informations pour les électeurs de la diaspora. « Cela concerne 452 900 électeurs », a-t-il révélé.

A toutes ces anomalies, Tiébilé Dramé a ajouté des anomalies comme entre autres des électeurs sans photo, des incohérences entre les statistiques du fichier audité et celles du fichier en ligne, la présence de circonscriptions sans centres ni bureaux de vote mais avec des électeurs.

« À l’étude de ces différents éléments documentés, analysés et vérifiables, il en ressort un potentiel de fraude que l’on peut estimer à un million deux cent quarante et un mille cinq cent soixante-quatorze (1 241 574), voix sans compter le vote des Maliens de l’étranger », a-t-il annoncé. Avant de déclaré qu’au regard de ces constats, le Directoire de campagne du candidat à l’élection présidentielle, Soumaïla Cissé, prend à témoin l’opinion publique nationale et internationale avant le premier tour du scrutin du 29 juillet 2018. Tibilé Dramé a ensuite accusé le Gouvernement du Mali, dont la responsabilité est entièrement et gravement engagée dans ce qui s’apparente à une vaste tentative de fraude tendant à prendre en otage le vote des Maliennes et des Maliens.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en