• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Force conjointe du G5 Sahel : Prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, à l’ordre du jour

    La Minusma, l’OHCHR, le G5 Sahel et l’UE, se sont donnés la main pour renforcer les capacités de la Force conjointe du G5 Sahel en matière de prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Communiqué de

    Transhumance dans les groupes armés : Des éléments du Gatia trouvent refuge au HCUA

    Décidément, le Mali vit à l’heure des démissions. « Je démissionne de ce machin pour aller adhérer à cet autre machin », est désormais devenu une litanie familière aux maliens. La pratique jusque-là réservée au politicien, vient de gagner les mouvements armés au

    Mouvement ON A TOUT COMPRIS « Waati Sera » : « Nous ne sommes point des extrémistes »

    « Nous ne sommes point des extrémistes, nous estimons que nos interrogations à l’endroit de la diplomatie française et notre appel au respect des valeurs républicaines méritent des réponses idoines de la part de la France. Donc, c’est une façon à nous, d’exprimer

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Election Présidentielle de juillet 2018 : Modibo Sidibé, candidat du Nouveau pôle politique de la gauche républicaine et démocratique

    mercredi 16 mai 2018 , par Assane Koné

    Modibo Sidibé, Président du Parti Fare, a été investit le 13 mai 2018, comme candidat à l’élection présidentielle du 29 juillet 2018. En plus de son parti le Fare, il a bénéficié du soutien d’un certain nombre de partis politiques du Mali, regroupés sous la bannière du Nouveau pôle politique de la gauche républicaine et démocratique (NPP).

    La cérémonie solennelle d’investiture de Modibo Sidibé, Président du parti les fores alternatives pour le renouveau et l’émergence (FARE AN wuli), candidat unique du nouveau pôle politique de la gauche républicaine et démocratique (NPP) à l’élection présidentielle du 29 juillet 2018, a eu lieu le dimanche 13 mai 2018 au Palais de la culture de Bamako, dans la salle Bazoumana Sissoko.

    Il faut dire qu’à la faveur de cette cérémonie, le Palais de la culture a refusé du monde. Des partis membres du Directoire du Nouveau pôle politique (NPP), les associations, les mouvements et clubs signataires de la charte du nouveau pôle politique, les militants et sympathisants, les partis amis. Ainsi que ceux qui sont venus d’ailleurs. Tous ont voulu être témoins de la manifestation.

    « Je m’engage solennellement à conduire la campagne électorale dans la dignité, le respect des valeurs morales pour poster l’identité malienne à travers l’histoire », a déclaré Modibo Sidibé. Avant de s’engager à promouvoir avec détermination leur vision commune pour le Mali, telle que consignée dans la charte du nouveau pôle politique de la gauche républicaine et démocratique. Modibé Sidibé s’est ensuite engagé à consacrer sans relâche ni décalage tout son temps et toute son énergie au triomphe des idéaux. « Je m’engage résolument pour la mission que vient de me confier le nouveau pôle politique. J’attends de chacun et de chacune le soutien et le rôle indispensable pour conduire la bataille électorale et le record final ». Tels ont été entre autres les engagements pris par Modibo Sidibé, Président du parti les fores alternatives pour le renouveau et l’émergence (FARE AN wuli), candidat unique du nouveau pôle politique de la gauche républicaine et démocratique (NPP) à l’élection présidentielle du 29 juillet 2018.

    L’élection présidentielle du 29 juillet 2018, selon Modibo Sidibé va se dérouler dans un contexte inédit dans notre pays et qui est caractérisé principalement par : un affaiblissement généralisé de l’Etat, désormais incapable de remplir ne serait-ce que ses missions régaliennes, une inadéquation profonde entre le mode de gouvernance en cours et les défis politiques, économiques, sociaux et sécuritaires auxquels notre pays est confronté quotidiennement. Le développement de la corruption, du narcotrafic et de l’économie criminelle, l’aggravation inadmissible de la détérioration constante des conditions de vie et particulièrement au plan alimentaire, de millions de nos compatriotes, la perte de confiance des citoyens à l’égard des institutions de l’Etat, l’effondrement de notre système éducatif et la crise croissante de l’emploi, le délitement des valeurs sociétales qui structurent notre vivre-ensemble séculaire, la persistance des affrontements intercommunautaires fratricides.

    « Si chacun de ces points est indéniablement et à juste titre, une cause de grande préoccupation pour nos compatriotes, certains me paraissent particulièrement menaçants pour le devenir même de notre pays », a-t-il estimé.

    « Au titre de ces menaces, je retiens en priorité l’insécurité qui sévit dans la quasi-totalité du pays, sans qu’aucune des mesures prises pour en réduire le développement et en atténuer les impacts sur les populations n’ait produit les effets escomptés. Pire, nous assistons à son extension géographique et à une évolution encore plus dangereuse de sa nature, de ses motivations et de ses manifestations, pour notre cohésion et notre unité nationales » a-t-il dénoncé.

    Face à la situation chaotique, dira Modibo Sidibé le choix de la personnalité qui présidera prochainement aux destinées du peuple malien revêt une importance cruciale, car, il ne s’agira ni plus, ni moins que de choisir entre le redressement du pays et son affaissement, entre une gouvernance de l’impuissance, de l’immobilisme et de l’affairisme et une politique résolue de refondation d’un Etat malien crédible, aux institutions républicaines fortes et adaptées aux défis en cours et dont la sécurité est assurée sur toute l’étendue du territoire national.

    « Le chemin de la grandeur, celui d’un Mali propre, d’un Mali fort, d’un Mali juste, d’un Mali réconcilié et solidaire : voilà, chers compatriotes, l’enjeu de l’élection présidentielle de 2018 », a-t-il fait constater. Avant d’ajouter « nous sommes dans une période exceptionnelle, notre peuple, exceptionnel à bien des égards, aspire à porter à sa tête un homme à la hauteur du moment ». D’après lui un leader qui saura réactiver les ressorts de notre pays afin de le tirer de l’abîme et de lui redonner un véritable horizon.

    « L’œuvre de refondation de l’Etat à laquelle nous nous attèlerons s’inspirera des résultats qui seront issus du Dialogue National inclusif que nous tiendrons sur l’ensemble des sujets d’intérêt général, avec pour objectif principal l’élaboration d’un Pacte national nouveau qui prendra en compte les exigences de l’évolution démocratique du Mali et de la réconciliation nécessaire des différentes composantes de la communauté nationale », a déclaré Modibo Sidibé.

    Cette refondation de la République, soutenue par une ambition décentralisatrice consensuelle, selon lui passera aussi par la construction d’une citoyenneté nouvelle marquée par les valeurs morales fondamentales de la société malienne, à savoir, l’amour du pays, le culte du travail, l’esprit de responsabilité, de justice sociale, d’honnêteté et d’une manière générale, le respect sacré du bien public. Car dit-il, c’est bien au niveau local que, « nous devons entamer la construction du citoyen nouveau. Il nous faut donc des administrations locales efficientes, modernes, pouvant compter sur un Etat central stratège, flexible et responsable ».

    Pour atteindre ce résultat dira le candidat du nouveau pôle politique de la gauche républicaine et démocratique, l’exemple doit être donné d’abord par les gouvernants, car la puissance publique doit gagner en crédibilité, dessiner le cap et retrouver l’autorité morale et la force politique nécessaire pour faire prévaloir l’intérêt général, les valeurs de la République, la justice sociale, le service public, l’égalité des citoyens.

    « Demain, si par la Grâce de Dieu et la volonté des électeurs, je suis élu Président de la République, je m’engage, sans tarder, à faire droit aux attentes prioritaires exprimées par le peuple, et entamer les réformes institutionnelles et structurelles dont le pays a besoin », a-t-il rassuré. Pour lui le socle d’un vrai processus de sortie de crise, c’est le triptyque démocratie, sécurité et développement pour vaincre les vulnérabilités structurelles.

    Bintou COULIBALY

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce