• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Election présidentielle au Mali : l’Appel au calme du Consortium Panafricain des Observateurs Electoraux de la Société Civile Africaine et de la Diaspora en Europe

    « Cette proclamation provisoire qui provient après une centralisation et consolidation des résultats en toute transparence devant les représentants des candidats et aussi en présence d’observateurs nationaux et internationaux, notre Consortium se félicite que

    Présidentielle au Mali/ MIOE-O2A : « le 2ème tour de l’élection présidentielle … a été libre, transparente et équitable »

    « La mission Internationale d’Observation Electorale des ONG et Associations Africaines (MIOE-O2A) considère que le second tour de l’élection présidentielle du 12 août 2018 a été libre, transparente et équitable ». La déclaration a été faite Tetevi Nyatefe Eli,

    Second tour de la présidentielle au Mali : Que dit la Mission d’observation électorale de la société civile africaine ?

    "Nonobstant quelques insuffisances, La mission d’observation électorale de la société civile africaine (LA MOESCA) s’accorde pour affirmer que le deuxième tour de l’élection présidentielle du 12 aout 2018 en République du Mali s’est déroulé dans un climat apaisé,

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Election Présidentielle 2018 : Kalfa SANOGO maintient sa candidature

    dimanche 20 mai 2018 , par Assane Koné

    « Je suis donc dans la logique de briguer la magistrature suprême de notre pays, avec l’accompagnement de tous les militants qui ont clairement exprimé, à la Conférence nationale de mars 2017, leur volonté et leur détermination à voir le parti présenter son propre candidat en 2018 ». telle est la substance d’un document intitulé « Appel aux militants et sympathisants du Parti ADEMA PASJ » que Kalfa sanogo vient de diffuser. Lisez l’intégralité !

    Appel aux militants et sympathisants du Parti ADEMA PASJ

    Camarades,

    Le 29 juillet prochain, il ne fait l’ombre d’aucun doute, vont se jouer à la fois le sort de notre patrie et celui de notre parti. L’heure est suffisamment grave. La Conférence nationale tenue en mars 2017 avait déjoué les manœuvres visant à empêcher toute résolution pour une candidature interne. Les tenants d’un accompagnement du Président actuel de la République pour un second mandat ont, depuis, déployé toutes les stratégies en leur pouvoir pour emmener le parti dans cette voie. De la retraite à l’hôtel Tombouctou à la candidature du camarade Dioncounda TRAORE, suscitée et fortement accompagnée dans la quasi-totalité des sections, tout a été essayé. Dioncounda avait bien dit, à plus d’une personne y compris au Président du parti lui-même, qu’il ne sera pas candidat contre le Président de la République actuel si celui-ci briguait un second mandat.

    Camarades, chaque fois que notre socle idéologique a vacillé, que notre combat, individuel ou collectif, pour contribuer à un véritable développement de notre pays, basé sur la justice et la solidarité, a envoyé des signaux contradictoires au peuple malien, nous en avons récolté les conséquences.

    Même si des camarades, à titre personnel et individuel, ont participé à la gestion du pouvoir de 2002 à nos jours, notre parti n’y a, à aucun moment, été associé. Le parti n’a jamais été consulté ni pour le choix des camarades ni pour les programmes de gouvernement.

    A moins d’avoir signé son arrêt de mort, le parti se doit obligatoirement de présenter son propre candidat à l’élection présidentielle de 2018.

    Sans prétendre être le candidat idéal, tout être humain ayant ses qualités et ses défauts, mon parcours politique et professionnel, jamais entaché ni de médiocrité ni de scandales, fait plutôt de rigueur, de probité et d’éthique morales rarement contestées, mon ancrage dans la société (les élections communales de novembre 2016 l’ont attesté à suffisance), l’affirmation claire et permanente de mon appartenance (malgré les errements de certains camarades) au Parti ADEMA PASJ dont je suis membre fondateur, me font dire que je peux sauver le parti de la déchéance voire de la dislocation et partant aider à sauver notre patrie, le Mali.

    Je suis donc dans la logique de briguer la magistrature suprême de notre pays, avec l’accompagnement de tous les militants qui ont clairement exprimé, à la Conférence nationale de mars 2017, leur volonté et leur détermination à voir le parti présenter son propre candidat en 2018.

    Je lance donc un appel solennel à toutes les militantes et à tous les militants pour un soutien ferme, massif et clair à ma candidature, pour sauver notre patrie et notre parti.

    Kalfa SANOGO
    Secrétaire politique Section ADEMA-PASJ Sikasso
    Membre fondateur du Parti
    Maire de la Commune urbaine de Sikasso

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce