Version imprimable de cet article Version imprimable | |

ELECTION PRESIDENTIELLE AU GABON : Ali Bongo Ondimba appelle les candidats à accepter les résultats des urnes

lundi 29 août 2016

L’élection présidentielle s’est tenue samedi 26 aout dans le calme. Selon les observateurs, cette élection présidentielle gabonaise est une des plus démocratiques de l’Histoire de la sous-région. Plus de 1000 observateurs, venus à la demande des autorités gabonaises, sont présents sur l’ensemble du territoire pour surveiller l’élection. Une centaine de journalistes ont également fait le déplacement et ont couvert l’élection.

Avant et après l’élection présidentielle, le candidat Ali Bongo Ondimba a dit avoir confiance aux institutions de son pays. Dans ce contexte, les soutiens du candidat Ali Bongo Ondimba « s’engagent à accepter le résultat de l’élection quel qu’il soit, et réaffirment leur attachement aux valeurs de la démocratie. Ils s’engagent à respecter un climat de calme et exhortent leurs adversaires à garder
le pays en paix ».

Quant au candidat lui-même, à plusieurs reprises, il a affirmé « son intention de respecter le résultat du vote et s’est engagé à saluer la victoire de l’opposition si elle venait à être désignée par les Gabonais ». Pour des Gabonais, Ali Bongo « est le seul candidat à avoir présenté un véritable projet aux Gabonais, avec une vision et une ambition pour l’avenir du pays ».

A l’inverse, Jean Ping, anticipant sa défaite, n’a cessé de hurler au loup avant même le vote appelant ses partisans à aller dans la rue. « Tout au long de la campagne, dira le camp ABO, « Jean Ping n’a cessé d’adopter des positions radicales et extrémistes, allant même jusqu’à affirmer d’avance qu’il ne reconnaîtrait pas le résultat de cette élection ». Alors que « le code électoral gabonais offre à Jean Ping toutes les possibilités légales de contester cette élection. Il sera tenu entièrement responsable de ses appels à la rue et de toutes les
violences qui en découleront dans le pays ».

A.S.

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.