Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Drame à Sébénicoro-IFABACO : Jaloux il égorge sa femme et tente de se suicider

vendredi 2 mars 2018

Sébénicoro, célèbre quartier de la commune 4 aux mille préjugés, malfamé, site des djinns, des marginaux, entre autres, fait toujours parler de lui… Madame Fatoumata Hana Mariko enseignante domicilier à Sébénicoro-Ifabaco vivait avec son mari Mamadou Diop, un sénégalais se présentant comme un maçon, dans une maison en location depuis quatre (4) ans. Animé par une jalousie maladive, Mamadou Diop le sénégalais a-t-il poignardé et égorgé son épouse Madame Fatoumata Hanna Mariko le vendredi 23 février 2018 à 06h 30 du matin, avant de se retrouve lui même au CHU Gabriel Touré avec une mortelle blessure à l’abdomen ? A-t-il tenté de se donner la mort après avoir égorgé sa femme ?

C’est le fait divers le plus troublant que votre journal KOJUGU vous dévoile aujourd’hui. Voici la version des faits de l’accusé que nous avions rencontré sur son lit d’hôpital au Bloc Traumatologie du CHU Gabriel Touré.

A notre vue, Mamadou Diop le Sénégalais nous demande d’abord si sa femme est en vie…

A ses dires, c’est son épouse qui s’est saisie la première du couteau et l’a poignardé à l’abdomen au point de faire sortir ses entrailles. « Je me suis levé, j’ai pris le couteau et à mon tour, je l’ai poignardée. Au cours de la bagarre, il y a plusieurs coups de couteau ». Selon le patient et non moins accusé, son « épouse entretenait une relation extraconjugale avec un vieux, dans la même concession ».

Ce n’est pas la victime qui saura apporter le démenti. La dépouille de celle-ci a été transportée à la morgue du CHU Gabriel Touré pour autopsie. Un peu plus loin dans le même complexe hospitalier, séjourne le mari pour des soins et sous la surveillance des policiers du 9ème arrondissement.

Ce meurtre sordide commis par un homme d’une nature calme dans un appartement loué par le couple à Ifabaco-Sébénicoro, demeure encore un mystère. Mais l’on avance quand-même la jalousie comme mobile. Une hypothèse consolidée par le témoignage d’un voisin qui mari soupçonnait en effet son épouse d’entretenir une relation extraconjugale avec le propriétaire même de la Maison.

Le témoin en question était parmi ceux-là qui ont découvert le drame : la femme gisant morte dans une mare de sang à côté de son mari agonisant et l’arme du crime dégoulinant de sang. Ils ont donc alerté la police et les pompiers.

Il ressort de nos investigations que la défunte âgée d’environ 35 ans était enseignante à l’école fondamentale de N’guntjina cercle de Koutiala et Secrétaire à l’organisation de la coordination locale SYNEB à l’Académie d’Enseignement de Koutiala. C’est à la suite d’une mutation qu’elle est venue à Bamako, et c’est courant Février 2018 qu’elle a eu sa note de service officiel pour l’école de Kanadjiguila près de Sébénicoro le quartier Présidentielle.

Mais auparavant, elle fit la connaissance du Sénégalais nommé Mamadou Diop et une relation avec promesse de mariage les liait depuis longtemps. Donc occasion était toute trouver pour que les deux amants passent aux choses sérieuses. Et c’est Hanna elle-même en grande partie qui a financé son mariage avec Mamadou Diop puisque ce dernier était en chômage. Leur union fut donc scellée.

Selon les voisins, trop méchant, très jaloux, le mari ne donnait aucune occasion à Hanna d’approcher ses voisins et même sa famille. Hanna était toujours maltraitée et terrorisée par Diop en présence des co-locateurs qui ne pouvaient pas s’y mêlés.

Et l’épouse commença à se lasser de l’union. Les disputes, bagarres, coups et blessures… Tout y passa désormais. Arriva alors ce jour fatidique du vendredi 23 février 2018.
Hanna Mariko a été enterrée le samedi 24 février à 16 heures dans leur grande famille à Kalaban koro.

Qu’en au criminel Mamadou Diop, sa vie n’est plus en danger mais il séjourne au bloc Traumatologie du CHU Gabriel Touré, menotté à son lit d’hôpital et sous la vigilance de la police du 9ème arrondissement en attendant de faire face à son destin.

Histoire à suivre….
Bamanan den (JOURNAL KOJUGU)

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en