Version imprimable de cet article Version imprimable | |

District de Bamako : Le parti SADI se donne une coordination pour s’installer dans tous les quartiers

mardi 10 juillet 2018

« Nous donnons un an aux Maliens pour mettre fin à la crise que traverse le pays ». La déclaration a été faite par Dr Oumar Mariko, Candidat du Parti SADI à l’élection présidentielle du 29 juillet 2018. C’était le 8 juillet 2018, à l’Espace d’expression démocratique de la Radio Kayira, lors de la mise en place de la coordination du Parti SADI du District de Bamako.

« Nous donnons un an aux Maliens pour mettre fin à la crise que traverse le pays », a déclaré Dr Oumar Mariko. Avant d’ajouter qu’il s’engage à organiser un dialogue national avec toutes les forces vives de la nation malienne, et même avec ceux que certains traitent de djihadistes, mais que nous considérons comme nos frères maliens.

« Il est temps que les maliens se parlent pour arrêter de s’entretuer », a-t-il déclaré. Avant d’inviter tous les maliens à se mobiliser comme un seul homme pour travailler à la véritable indépendance du pays, qui pourra garantir notre honneur.

Il faut dire que la mise en place du bureau de 45 membres de la coordination du Parti SADI à Bamako, coïncidant avec la campagne de l’élection présidentielle du 29 juillet, le parti SADI fait d’une pierre deux coups. « Aujourd’hui, c’est l’installation du bureau de la Coordination du Parti SADI dans le District de Bamako, qui doit installer le parti SADI dans les 72 quartiers de Bamako. Et, comme nous voulons tous les compartiments du pouvoir, je vous exhorte à vous mettre immédiatement à la tâche », a indiqué Dr Oumar Mariko.

Convaincu de la possibilité de gagner la possibilité de gagner l’élection présidentielle, Dr Oumar Mariko a invité les militants et sympathisants du parti SADI à s’organiser pour occuper le pays. « Je vous invite à vous mobiliser pour amener les maliens à se mobiliser pour le changement », a-t-il conseillé.

« Il faut arracher le pays des mains des affairistes »

Selon Dr Oumar Mariko, les participants à cette assemblée de mise en place de la coordination de Bamako, sont justement ceux qui doivent de façon naturelle constituer le parti SADI. « Nous nous sommes fixés l’objectif de construire un parti des travailleurs au Mali et quand on parle de travailleurs, on ne parle pas d’ethnie », a-t-il ajouté.

Partant du principe que l’homme travaille pour vivre, manger, s’habiller, se loger, s’éduquer, se soigner, se distraire, …Dr, Oumar Mariko a conclu qu’il ne faut pas quelqu’un d’autre profite du labeur de la grande masse des travailleurs qui sont condamnés à vivre dans la misère.

Dr Mariko n’a pas caché sa conviction de l’impossibilité de construire un mali digne de ses filles et fils, sans mettre les travailleurs dans les meilleures conditions de vie et de production. « Il faut arracher le pays des mains des affairistes », a-t-il conseillé. Avant d’inviter tous ceux qu’il considère comme des esclaves du monde à se libérer et à lancer solennellement une invitation aux travailleurs du Mali (paysans, éleveurs, pêcheurs, ouvriers, artisans, commerçants, cadres des administrations publiques et privées, titulaires de professions libérales, chômeurs, jeunes ruraux, diplômés sans emploi, policiers, gardiens de prisons… ) à se mettre debout pour leur indépendance économique.

Des villages vers les villes

Convaincu que le discours du parti SADI qui a conquis de nombreux villages maliens, est en passe d’être compris par de nombreux citadins dans nos villes, Dr Oumar Mariko a estimé que le moment est arrivé d’assurer une présence forte du parti SADI dans toutes les grandes villes du pays. Pour cela, Dr Oumar Mariko invitera les nombreux militants et sympathisants du parti SADI qui ont fait le déplacement pour la mise en place du bureau de la coordination, de choisir les plus dynamiques et disponibles parmi eux. C’est seulement à ce prix que nous pourront installer les idéaux du parti SADI dans toutes les familles maliennes », a-t-il conclu.

Les différents délégués des plusieurs associations venus de tous les communes du District de Bamako et ceux des structures du parti SADI au niveau de Bamako, ont convenu de la mise en place d’un bureau de la coordination de 45 membres dirigé par Seydou Sangaré.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en