Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Difficultés vécues par des maliens à l’extérieur : Mohamed Chérif Haïdara du CSDM rappelle Habib Sylla du HCME à l’ordre

lundi 22 juillet 2019

« Habib Sylla n’est pas Malien, c’est un Gabonais à la tête du Haut conseil des maliens de l’extérieur. S’il y a une structure qui ne joue pas son rôle pour la diaspora malienne, c’est bien le HCME qui est mal dans sa peau, parce que le Conseil supérieur de la diaspora malienne (CSDM) est en train de faire le travail qu’il n’a pu faire ». La déclaration a été faite par Mohamed Chérif Haïdara, président du CSDM, lors d’une conférence de presse.

Mohamed Chérif Haïdara, président du CSDM a animé le samedi 20 juillet 2019 à son siège une conférence de presse. L’objectif était de répondre aux propos du président du Haut conseil des maliens de l’extérieur lors d’une conférence de presse tenue le 16 juillet 2019. Au cours de cette conférence de presse Habib Sylla aurait traité le président du CSDM d’affabulateur sur la situation de détresse des maliens de l’extérieur en Lybie, en Algérie et en Mauritanie.

Il est à rappeler que le président du CSDM a tenu un point de presse le samedi 13 juillet 2019 pour attirer l’attention des autorités sur l’arrestation de plus de 60 maliens migrants en Algérie et l’assassinat de 120 africains en Lybie. C’est suite à cette information que Habib Sylla a réagi.

Il ressort du communiqué de presse que, dans les déclarations du président du HCME, lors de la conférence de presse du 16 juillet 2019, le CSDM, présidé par Mohamed Chérif Haïdara, aurait « propager des fausses informations… », au sujet de l’aggravation des conditions de sécurité de nos compatriotes en Libye, Algérie et Mauritanie. Et, le communiqué de préciser que « sans nous citer nommément, nos dirigeants ont été présentés comme des personnes ‘’en mal de célébrité’’…affabulant en reprenant en compte des rumeurs… ». Avant de poursuivre que le communiqué estime que : « tout ce que nous avons dit le 13 juillet 2019, relève de ‘’ l’amateurisme’’ de nos dirigeants ».

« Au regard de son échec notoire dans presque tous les champs d’activités où il est attendu, nous nous posons la question de sa légitimité à nous traiter d’affabulateur entre autres sobriquets inappropriés ? Notre seul tort, de notre point de vue, étant d’exister et surtout de faire valoir nos réussites partout où il a échoué », a-t-il expliqué.

Au cours de la conférence de presse, le président du CSDM a fait la preuve par les faits de leurs déclarations sur la recrudescence de l’insécurité à l’égard de nos compatriotes à l’étranger, notamment en Libye, Algérie, Mauritanie, France et les Etats-Unis. Il a fait des révélations qui montrent a suffisance la détresse des maliens de l’extérieur et l’état des lieux de la situation.

« Si on m’interpelle, j’ai l’obligation morale d’interpeller les autorités. Nous, au CSDM, on est cohérent et correcte. On félicite, on critique et on propose. A chaque fois que les maliens ont su la détresse de ceux vivants à l’extérieur, il y a toujours cette réaction venant de la part du HCME », a-t-il fait savoir.

En effet, selon lui des Maliens en détention en Algérie, ont diffusé une vidéo de détresse adressée aux présidents du CSDM, du HCME, au ministre des Maliens de l’Extérieur et celui des Affaires Etrangères le samedi 13 juillet 2019. Dans la vidéo, un homme apparait et s’exprime en ces termes : « Le samedi 13 juillet 2019 à Alger, nous avons été arrêtés de façon arbitraire. Certains à la maison, d’autres au travail. On nous a emmenés sans nous édifier sur la raison de nos arrestations. Nous appelons le président du CSDM, celui du HCME, le Ministre des Maliens de l’Extérieur et celui des Affaires Etrangères au secours ». M. Haidara a précisé que c’est une vidéo de détresse, elle n’est pas destiner à créer le problème entre nous et l’Algérie.

A ses dires, le CSDM a réagi par un point de presse pour dénoncer et interpeller le gouvernement concernant la situation de nos compatriotes. Selon lui, 17 Maliens ont été arrêtés en Mauritanie. Parmi eux, seulement 6 ont accepté de venir et les autres ont décidé d’y rester. Ceux qui ont pris cette décision sont toujours en prison. Concernant la Libye, il a indiqué l’arrestation de 120 africains dont des Maliens en nombre encore inconnu.

Cependant, il se trouverait que cette réaction du CSDM à l’appel de détresse n’a pas plu au Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur qui a aussitôt démenti les propos du président du CSDM à la faveur d’une conférence de presse.

Ensuite il rapporte que le HCME a dit dans son communiqué que les Maliens de la Mauritanie n’ont pas de problèmes. Et que 59 personnes ont été arrêtées parce qu’ils se sont mêlés dans des affaires qui ne les regardent pas. Ils se sont fait arrêtés dans des terrains de football, dans leurs maisons, en s’approvisionnant en carburant.

« Le problème que nous avons n’est pas un problème de proactivité. C’est le faite de se taire sur les malfaisances et sur les manques d’actions. Pour cela, le CSDM s’est installé dans la logique de défendre les maliens là où ils se trouvent », a-t-il conclu.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.