Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Des représentants de Kenieba à Koulouba : La population se dresse contre les imposteurs

jeudi 5 avril 2018

Comme « Qui veut voir le Pape, se rend à Rome », aujourd’hui au Mali, « Qui veut voir IBK, se rend à Koulouba ». Depuis quelques mois, les maliens assistent à un ballet irréaliste à Koulouba. Des délégations venues des cercles, vont à la rencontre du Président de la République, au nom de toutes les populations du cercle pour lui dire merci pour tout ce qu’il a fait pour leur localité et pour le Mali, même si souvent l’on peine à voir ces réalisations. Le 29 mars 2018, le Président de la République a reçu une délégation venue de Koulouba. Et, cela a motivé une marche de protestation dans la cité du Tambaoura.

On se souvient qu’après la visite d’une délégation de Koutiala à Bamako, une Radio de la localité a été sanctionnée. La radio Kayira de la capitale de l’or blanc a été fermée par le Préfet, parce qu’elle s’était donnée le droit de contester au nom de la population la représentativité de la délégation qui a rencontré le Président de la République à Bamako-Koulouba.

A Kéniéba, la population n’est pas passée par radio interposée pour protester contre l’imposture. Elle est descendue dans la rue, pour dénoncer cette nouvelle approche qui n’apporte pas une valeur ajoutée à la communication de la présidence de la République, tant la mise en scène est perceptible même par le plus aveugle des maliens.

A Kéniéba, le jeudi 5 avril 2018, restera dans les annales. Ce jour-là, une marche pacifique de protestation, a été organisée contre « la récupération politicienne des luttes et des acquis des populations du Cercle de Keniéba, de leurs dignes élus, des acteurs citoyens et institutionnels », nous a indiqué un ressortissant du cercle de Kéniéba qui y dirige une ONG impliquer dans le développement communautaire. Selon lui, « les populations du Cercle de Keniéba et leurs représentants n’accepterons jamais qu’on se serve frauduleusement de leur nom à des desseins électoralistes cachées ».

Selon plusieurs témoins, le jeudi 5 avril 2018, à l’heure de la marche, Kéniéba ressemblait à une ville morte. « Commerces, marchés et autres étales fermés. Les services publics fonctionnent au ralenti. Les populations en parfaite communion espèrent vivement qu’elles seront entendues cette fois ci après cette marche historique », nous a indiqué un interlocuteur crédible du côté de Kéniéba.

En tout cas, la Place Bantan keita de Kéniéba a refusé du monde à la faveur de cette marche. Selon des témoins, un long cortège de manifestants précédé par des véhicules et des motocyclistes s’est mis en branle dans un concert de klaxons et de chansons pour faire le grand tour de la ville, une très grande boucle autour de Kenieba sur plusieurs kilomètres.

Selon le responsable d’une association communautaire, « Les manifestants ont fait une escale à la Préfecture, puis à la Mairie où ils ont remis une déclaration. Puis, l’immense cortège est revenu à la Place Bantan Keita pour y tenir un grand meeting ».

Plus de 20 000 manifestants dans les rues

En prélude à cette marche, les organisateurs, dans une lettre adressée au Maire de la Commune rurale de Kéniéba, avaient été on ne peut être plus clair. « Etant entendu que certaines personnes (autorités politiques et villageoises) sont allées à Bamako pour parler au nom de la Communauté de Kéniéba sans pour autant qu’elles n’aient l’aval de celle-ci à travers une Assemblée Générale, la Communauté de Kéniéba se désolidarise de cette démarche », indiquait le courrier. Avant de solliciter de la part du Maire, une autorisation d’une marche pacifique le jeudi 5 avril 2018 à partir de 9 heures.

Précis, les organisateurs ont même levé tout équivoque sur l’itinéraire de la marche. « La marche partira de la place Bantan Keita au goudron en passant par la voie sur laquelle se trouve le Groupe scolaire et la BDM. Les marcheurs, ont prévu de bifurquer devant l’hôtel Falémé, pour aller à la Préfecture, ensuite à la mairie. Elle devait revenir au point de départ pour un meeting. A préciser que cette lettre a été adressée au Maire par Cheick Oumar Camara, représentant de la population.

Selon Cheick Oumar Camara, représentant de la population que nous avons joint au téléphone, cette manifestation fut un franc succès. « En l’initiant, nous nous attendions à au moins 2000 manifestants, mais nous avions été heureux de constater la mobilisation sans précédente de la population de Kénéiéba à plus de 10 000 personnes, a déclaré Cheick Oumar Camara. certaines sources parlent de 20 000 manifestants.

Avant d’ajouter qu’il comprend cette réaction de la population qui a été indignée par les déclarations du député et de certains leaders communautaires, qui n’ont reçu aucun mandat de la population pour cela. « En se mobilisant comme un seul homme, la population de Kéniéba a voulu dementire les propos des imposteurs qui sont allés en leur nom à Bamako », a-t-il ajouté. Avant de préciser que le Préfet de Kéniéba a été invité à tout mettre en œuvre pour que les députés, représentants de la nation et du Peuple malien, comprennent qu’ils ne peuvent pas parler au nom de la population de Kéniéba, mais qu’ils doivent parler au nom du Mali.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en