Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Départ de l’ADEMA pour le PRVM FASOKO : Oumar Bassy Sanogo s’explique

lundi 8 octobre 2018

Oumar Bassy Sanogo, Président de la Commission jeunesse de la Mairie de la commune IV du district de Bamako, a expliqué la raison de sa démission au sein de l’’Alliance pour la démocratie au Mali (l’ADEMA). Il a aussi évoqué les raisons de son adhésion au sein du parti pour la restauration des valeurs du Mali (PRVM FASOKO). Mais, tout porte à croire que Oumar Bassy Sanogo a quitté l’ADEMA, parce qu’il n’a pas été choisi comme le candidat aux élections législatives.

Oumar Bassy Sanogo, a indiqué que ce n’est que 9 mois après mon élection en tant que Président de la Commission jeunesse de la Mairie de la Commune IV que j’ai eu à rejoindre l’ADEMA.

Pourquoi, j’ai quitté l’ADEMA ?

« J’y étais allé à la quête d’une expérience politique qui s’est soldée par une déduction », a-t-il dit. Avant d’ajouter que dans le statut intérieur du parti ADEMA, un individu ne peut appartenir qu’à une seule sous-section. Selon lui, malheureusement, il lui a été donné de constaté qu’un individu, contrairement aux textes, appartient à deux sous sections. « Donc, j’ai décidé de rendre le tablier car, je tiens au respect des textes du parti », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que pour lui un parti qui ne respecte pas ses propres textes, ne peut pas prétendre au développement d’un pays. « Je suis pour les partis qui respectent leurs textes, qui sont derrière leurs idéaux et qui parviennent à les imposer à leurs militants. Cela explique la raison de ma démission au sein de l’ADEMA », a-t-il déclaré.

Pourquoi, j’ai décidé de militer au PRVM FASOKO ?

Expliquant la raison de son adhésion au sein du parti PRVM FASOKO, il dira que, « J’ai quitté définitivement un parti politique pour en rejoindre un autre. J’ai démissionné de l’ADEMA, il y a deux semaines pour le parti pour la restauration des valeurs du Mali (PRVM FASOKO) ». Selon lui, cette adhésion consacre la célébration de son mariage avec le parti pour la restauration des valeurs du Mali (PRVM FASOKO), pour le meilleur et pour le pire. Aussi, il dira qu’elle marque le début d’une nouvelle aventure politique qui sera certainement riche en expérience et surtout couronnée de succès.

« Un tel mariage n’est pas possible sans le concours de certaines bonnes volontés. En adhérant au parti PRVM FASOKO, je m’engage à mettre en œuvre tout mon savoir politique au service de notre jeune formation. Je ferai en sorte que les hommes et les femmes qui se reconnaissent à travers mes actions de tous les jours y adhèrent. Je m’engage à amorcer une série de rencontres de ma base pour une adhésion massive aux idéaux du parti. En adhérant au PRVM, je m’engage au respect strict des textes qui régissent le parti », a-t-il déclaré.

Avant d’ajouter qu’il a bien réfléchi avant de choisir un autre parti, notamment le PRVM FASOKO, parce que le socle sur lequel il repose à savoir son slogan « Dembé-Danaya-Ladiriya », est des plus évocateurs. « Ce sont des valeurs qui sont miennes », a-t-il déclaré.

Mais, très pratique, il dira qu’il a pensé qu’il pourra vraiment émerger au sein de ce parti politique. Pour cela, il a souligné que c’est un parti qui est là pour la restauration des valeurs du Mali et l’une des valeurs fondamentales de notre pays est le respect des textes établis par les individus au sein de la société. « C’est la raison pour laquelle, j’ai adhéré au parti PRVM FASOKO », a-t-il précisé. Il a aussi espéré que le parti restera le même pour le grand bonheur de tous les militants.

Il a révélé qu’il est le candidat aux élections législatives à venir sous les couleurs du parti PRVM FASOKO. Il a rassuré qu’ils feront tout leur possible pour que le PRVM FASOKO puisse venir dans le pelletons de tête des partis politiques.

Partant de cela, il a expliqué que son objectif premier est de faire du PRVM FASOKO, la première force politique en commune IV avec l’appui de tous les camarades. Pour ce faire, « je serai prêt à travers une alliance stratégique et gagnante à aller aux échéances électorales à venir. A savoir : les élections législatives du 25novembre 2018 ».

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques