Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Demande de liberté provisoire pour Khalifa Sall : Le président Macky Sall refoule Adama Sangaré et ses 5 millions de F CFA

mercredi 18 avril 2018

Malgré sa mallette pleine de francs CFA, le maire du district de Bamako n’est pas parvenu à obtenir une liberté provisoire pour Khalifa Sall, maire de Dakar, incarcéré dans l’affaire de la caisse d’avance de la Mairie de la capitale sénégalaise. Le cabinet du Président sénégalais lui a fait savoir que le Sénégal n’est pas un pays d’impunité. Toute honte bue, Adama Sangaré a compris que l’argent ne peut pas tout acheter et il est retourné sur la pointe des pieds à Bamako sans crier gare.

Le retour de l’ascenseur a échoué pour le Maire du District de Bamako, Adama Sangaré. En effet, il a voulu voler au secours de l’ancien Maire de Dakar, Khalifa Sall, condamné à cinq ans d’emprisonnement ferme et au payement d’une amende de 5 millions francs CFA, sans dommages et intérêts. Il est écroué à la prison de Reubess. Il est important de rappeler que ce geste d’Adama Sangaré en direction de son homologue de Dakar fait suite à l’intervention de ce dernier lorsque le Maire du district de Bamako avait connu le même sort. Il avait été arrêté et enfermé à la prison de Souba à Koulikoro. C’était en 2012 suite à un scandale foncier où il serait impliqué.

Il était arrivé il ya quelques jours de cela dans la capitale sénégalaise dans le but de rencontrer le Président Macky Sall. Selon certaines de nos sources, ce dernier a instruit à certains membres de son cabinet de le recevoir pour qu’il leur explique les raisons pour lesquelles il souhaite rencontrer le Président Sall. C’est au cours des échanges que le pot- aux- roses a été découvert.

Le maire du district de Bamako, Adama Sangaré, sans passer par mille chemins, aurait avoué qu’il a effectué le déplacement de Dakar pour demander aux autorités sénégalaises d’accorder une liberté provisoire à Khalifa Sall. Toujours selon nos sources, il s’est même engagé à payer les 5 millions de F CFA d’amende.

En réponse à Adama Sangaré, les conseillers de Macky Sall ont clairement dit que le Sénégal n’est pas un pays d’impunité, où l’argent est roi et peut ouvrir toutes les portes. Ils lui ont aussi fait savoir que le Sénégal n’accepte pas des pratiques honteuses qui se déroulent sous d’autres cieux.

Yoro SOW
L’Inter de Bamako

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques