| |

Crise du secteur des transports : L’ancien directeur national des routes apporte son expertise pour une sortie de crise

mercredi 17 mars 2021

L’ancien directeur national des routes, Mamadou Nama Kéita, soucieux de l’avenir du pays et de son secteur, apporte des solutions innovantes pour financer l’entretien routier dont le département des finances est en passe d’abandonner au détriment des usagers des routes.

Face à un secteur des transports plongé dans une crise sans précédent, le ministre en charge du domaine se doit de rassembler les expertises nouvelles et anciennes pour sauver les meubles et éviter une nouvelle augmentation du prix des produits de première nécessité qui s’imposent au Malien lambda.

Puisque cette augmentation ne va pas sans conséquence sur la bourse des populations. Pour l’ancien directeur national des routes, Mamadou Nama Kéita, « ce n’est pas cette augmentation qui réglera le problème du financement de l’entretien routier. Plusieurs choses doivent être prises en compte pour améliorer les capacités du Fonds d’entretien routier (FER), y compris la moralisation des ressources de péages ».

Selon lui, il faut gérer avec dose cette application du paiement du péage par passage. « C’est l’approche qui n’était pas du tout la bonne », déplore M. Kéita. Pour lui, il y a plusieurs facteurs qu’il faut prendre en compte pour endiguer la problématique de l’entretien routier au Mali, estimé chaque année à des centaines de milliards de FCFA.

L’ancien directeur national des routes indexe la gestion de la redevance sur les produits pétroliers perçue au niveau du cordon douanier. Il invite le département à travailler sur ce volet pour renflouer les caisses du FER. En plus, M. Kéita se pose la question suivante « qu’est-ce que les vignettes et les assurances apportent dans le Fonds d’entretien routier à nos jours ? ». « Rien du tout », répond-il.

Et d’ajouter : « Bref, moi j’avais soumis à Mme le ministre Seynabou Diop une vaste réforme du financement sur laquelle nous devrions travailler avec l’ensemble des parties prenantes du secteur du transport. C’est cela qui aboutira à un règlement de la problématique du financement de l’entretien routier ».

Ces quelques réflexions de l’ancien directeur national des routes pourrait contribuer à réunir les parties notamment le département des Transports et les acteurs du transport qui mettent à prix la tête du ministre Makan Fily Dabo pour avoir, en ce moment crucial de la vie de la nation, avec la crise sanitaire et socio-économique, cherché à augmenter la charge des transporteurs confrontés à d’innombrables problématiques du secteur (tracasseries, la règlementation du secteur...).

« Pour les réformes nécessaires que j’ai évoquées, je les avais annoncées à madame le ministre en 2019 et je les avais inscrites parmi les thèmes de la réunion annuelle des routes tenue à Sikasso en nombre 2019, afin que lesdites réformes puissent être amorcées en début 2020. Et la réunion annuelle de 2019 à Sikasso a effectivement acté parmi les recommandations pour le démarrage des actions en 2020. Seulement la crise institutionnelle survenue entre-temps depuis début 2020 n’a pas permis la mise en route de ces actions de réforme », affirme Mamadou Nama Kéita.

Faut-il le préciser, à l’heure actuelle, le péage n’apporte que moins de 5 milliards, alors que plus d’une centaine de milliards de FCFA seraient pour l’entretien routier annuel.

Le reporter

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav