Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Cour d’Assises de Bamako : Le Général Amadou Haya sera jugé le 30 novembre 2016 ?

vendredi 11 novembre 2016

Sera jugé, ou ne sera pas jugé. Cette question qui a longtemps tenue en haleine le peuple malien, a désormais une réponse.

« Le Procureur Général près la Cour d’Appel de Bamako informe l’opinion de l’ouverture, le 30 novembre 2016, d’une session d’assises au cours de laquelle sera évoquée l’affaire Amadou Haya Sanogo et plusieurs autres, accusés d’enlèvement de personnes, assassinat et complicité ». Ce communiqué diffusé par le procureur général près la Cour d’Appel de Bamako, laisse penser que le Général Amadou Haya Sanogo sera jugé à partir du 30 novembre 2016. Oui, disons « laisse pensé », parce que le Procureur général ne dit pas clairement que le Général sera jugé. Mais, il dit qu’au cours de la session d’assises qui démarre le 30 novembre 2016, sera évoquée l’affaire Amadou Haya Sanogo.

Cependant, nous avons la certitude que le dossier Amadou Haya Sanogo sera inscrit au rôle des Assises de novembre 2016, pour la simple raison des dispositions particulières sont prises pour la circonstance. « En raison de la particularité du dossier et dans le but de maintenir l’ordre et la sécurité à l’occasion de ce procès, le parquet Général a installé en son sein un Secrétariat dédié. Téléphone : 20-20-22-08.
Ce secrétariat est chargé de recevoir les demandes émanant de professionnels et de particuliers en vue d’avoir accès à la salle d’audience. L’accès à cette salle est réservé aux seules personnes autorisées ou préalablement agréées », indiqué l’avis du Procureur général.

Le Mali est enfin, prêt pour conduire le procès du Général Amadou Haya Sanogo. Et, du coup, cela fer des mécontents. Parce qu’il y a une catégorie de maliens qui souhaitaient voir le Mali conduire un de ses fils devant la CPI que les africains commencent à fuir comme la peste.

Cette catégorie de maliens qui souhaitent tout le malheur du monde au Général Amadou Haya Sanogo, souhaitait la défaillance de l’appareil judiciaire malien dans ce dossier, afin de le jeter en parlure au vautours de la CPI, un tribunal qui a tout l’air d’un instrument dans la main de puissances occidentales. "Ils utilisent de plus en plus la CPI pour mettre à l’ombre tous les leaders panafricanistes du continent. Comme, ils ne peuvent plus les assassiner au vu et au su de tous", nous a indiqué un homme politique ivoirien très remonté contre ce "manchin" appelé CPI.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques