• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Abdoulaye Idrissa Maïga dément son soutien à l’opposition, mais ne dit pas qu’il soutient IBK

    « …Depuis quelques jours, des rumeurs persistantes et non fondées circulent dans certains journaux et sur les réseaux sociaux, annonçant mon soutien à l’opposition. J’apporte un démenti formel et clair à ces allégations mensongères et prie, par ailleurs, les

    Ministère de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale : Le Chef de Cabinet, le Colonel Moussa Zabour Maïga n’est plus

    Le Colonel Moussa Zabour MAIGA, un infatigable artisan de la Paix dont la vie au service de la nation, aura été un sacerdoce hors du commun, n’est plus. Cet illustre cadre des forces de défense et de sécurité, Chef de Cabinet du département en charge de la

    Présidentielle 2018 : La CMA votera pour le candidat qui va mettre intégralement en œuvre l’Accord d’Alger

    « La CMA…n’a pris aucun engagement politique vis à vis d’un quelconque candidat aux élections présidentielles. Toutefois, si la CMA devrait donner un mot d’ordre pour un candidat, il sera en faveur de celui qui s’engagerait fermement à la mise en œuvre intégrale

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Côte d’Ivoire : « Soul to Soul » placé sous mandat de dépôt pour complot contre l’autorité de l’État

    mardi 10 octobre 2017 , par Assane Koné

    Le procureur de la République a ordonné lundi soir l’interpellation et le placement sous mandat de dépôt de Souleymane Kamagaté, alias « Soul to Soul », après la découverte en mai à Bouaké d’une cache d’armes dans la maison de ce proche du président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro.

    De son vrai nom Souleymane Kamagaté, « Soul to Soul » a été interpellé et placé sous mandat de dépôt à la suite de son inculpation par le parquet lundi 9 octobre. « Une information judiciaire avec mandat de dépôt a été ouverte contre lui (…) pour complot contre l’autorité de l’État », a déclaré dans la soirée le procureur de la République, Richard-Christophe Adou, cité par l’AFP.

    Le directeur de protocole de Guillaume Soro, président de l’Assemblée nationale ivoirienne, est dans le viseur de la justice depuis la découverte, dans la nuit du 14 au 15 mai dernier, d’une cache d’armes dans une villa lui appartenant à Bouaké. La deuxième ville du pays était alors l’épicentre des mutineries menées par d’ex-rebelles pro Ouattara, qui avaient brandi l’arsenal devant les médias.

    « Déstabilisation de l’État »

    « Des armes de guerre neuves dissimulées ont été découvertes dans une villa de Bouaké (…). Les enquêtes ont permis d’établir que la villa est la propriété de M. Koné », a indiqué le procureur, avant de détailler l’arsenal retrouvé : « lance-roquettes RPG7, mitrailleuses lourdes, fusils d’assaut AK47, bombes, mortiers ».

    « Les enquêtes ont également révélé que des personnes avaient été informées de l’existence de ces armes dans la villa de M. Koné et invitées à se servir. Leur mise à disposition visait la déstabilisation de l’État », a souligné le procureur.

    Guillaume Soro « appelle au calme »

    Des accusations contre lesquelles se sont à nouveau insurgés les proches de Guillaume Soro. « Koné Kamaraté Souleymane a déjà fait de la prison en 2000 pour la cause du Président Alassane Ouattara. Le président de l’Assemblée Nationale Guillaume Kigbafori Soro, qui séjourne hors du pays, s’est tenu informé de la situation. Il apporte son soutien à la famille de son collaborateur, appelle les Ivoiriens au calme et à la sérénité et espère que la justice fera librement son travail », a réagi Moussa Touré, porte-parole de Guillaume Soro, dans un communiqué.

    Selon l’entourage de Guillaume Soro, cet arsenal aurait été acquis à la fin de la crise post-électorale, malgré l’embargo des Nations unies, sous-entendant ainsi que les proches d’Alassane Ouattara en avaient été informés. « En s’en prenant à [Souleymane Kamagaté], c’est Soro que l’on veut atteindre », déplorait alors à Jeune Afrique un intime du président de l’Assemblée nationale.

    http://www.jeuneafrique.com/481752/...

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce