Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Conférence d’Entente nationale : Pour des solutions endogènes à la crise malienne

dimanche 12 mars 2017

Dans le cadre de l’Accord pour la paix et la Réconciliation au Mali issu du processus d’Alger, il a été prévu d’organiser une conférence d’Entente nationale. Pour conduire ce chantier, une Commission préparatoire de 40 membres conduite par Baba Akhib Haidara, a été mise en place. Le 11 mars 2017, cette commission a organisé à l’hôtel Relais Timbutu de Bamako une journée d’échange avec les journalistes de la presse écrite et de la presse en ligne de Bamako.

« Même si les débats et les échanges ont parfois été houleux, mais toujours emprunt de courtoisie, la journée fut utile. Nous avons mieux compris l’esprit de la conférence d’Entente nationale qui n’a rien à voir avec une rencontre qui va venir entériner l’existence de l’Azawad, mais au contraire sera un espace de débats approfondi entre les composantes de la nation malienne sur les causes profondes du conflit ». Cette impression émise par mon voisin de droite, est partagée par l’ensemble des journalistes qui ont participé à cet exercice.

Les journalistes Cheick Hamalla Diarra, Ramata Diaouré et Alfousseny Sidibé, tous membres de la Commission préparatoire de la conférence d’entente nationale, ont rivalisé d’ardeur pour amener leurs confrères de la presse écrite et des organes de la presse en ligne de Bamako, à avoir une vision claire de la Conférence d’Entente nationale.

D’entrée de jeu, il a été dit que la Conférence d’entente nationale est conçue comme un espace de réflexion inclusive et de dialogue inter-maliens, avec pour socle le vivre ensemble. Ceci, l’objectif global de la Conférence d’Entente Nationale est d’instaurer un débat approfondi et inclusif entre toutes les composantes de la Nation malienne sur les causes profondes du conflit. « Cette conférence permettra ainsi de traiter, entre autres, de la problématique de l’Azawad, problématique désormais dénuée de toute connotation de projet politique à caractère séparatiste ou ethnique », a indiqué Alfousseny Sidibé. Avant d’ajouter que « le résultat final attendu est la production d’une charte pour la paix, l’Unité et la réconciliation ».

Il a profité pour lever le voile sur les objectifs spécifiques de la Conférence d’Entente nationale. Au nombre de trois, ces objectifs vont de l’analyse des causes profondes des crises que le Mali connaît dans sa partie septentrionale et centrale et qui ont des répercussions sur la paix, l’unité et la réconciliation nationale, à la production d’une Charte pour la paix, l’Unité et la réconciliation nationale, en passant par un débat franc sur les contours mémoriels, politiques, géographiques, humains, historiques et culturels de la question de l’Azawad et convenir d’une interprétation consensuelle du terme.

Mais, auparavant Ramata Diouré est intervenue pour dire que l’organisation de cette conférence d’Entente nationale est prévue par l’article 5 de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger.

Pour sa part, Cheick Hamalla Diarra a mis un accent sur le mandat de la commission préparatoire, composée de 40 membres, présidée par Baba Akhib Haïdara et articulée autour de trois groupes thématiques :
-  Le groupe de travail « Analyse et rédaction », chargé de la collecte et de l’élaboration de toute la documentation nécessaire à la préparation et à la tenue de la conférence d’Entente nationale ;
-  Le groupe de travail « Communication et relations publiques », chargé d’élaborer et de mettre en œuvre une stratégie et un plan de communication adaptés à l’objet de la Conférence et destinés à l’information de l’opinion publique nationale et internationale. Il entretient des relations de travail avec les médias et les communicateurs traditionnels et organise les consultations du Président de la Commission préparatoire avec les différents acteurs concernés par le processus d’organisation de la Conférence d’entente nationale.
-  Et, le groupe de travail « Organisation et Logistique », chargé, en relation avec les structures et acteurs concernés, de concevoir et de mettre en œuvre toutes les diligences pratiques en vue de la préparation, de l’organisation et du bon déroulement de la Conférence d’Entente nationale.

En ce qui concerne le mandat de la Commission préparatoire, il dira que son rôle est de garantir lors de la Conférence d’entente nationale :
-  La mobilisation de l’ensemble des composantes de la nation malienne dans un débat public sur la refondation de l’Etat et la réconciliation ;
-  Le recueil et la prise en compte des contributions de l’ensemble des composantes de la nation ; l’identification des valeurs, des défis, des enjeux et des engagements communs qui fondent la volonté du vivre ensemble des populations maliennes ;
-  Et, la construction de perspectives communes pour l’avenir du Mali systématisées dans le cadre d’un projet de Charte pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale.

Assurance a été donnée que cette Conférence d’Entente nationale ne laissera aucune sensibilité malienne sur le trottoir.

Assane Koné}

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !