Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Conférence annuelle des agences de développent régional : La performance au centre des débats

vendredi 23 mars 2018

Sous le haut patronage du Chef du Gouvernement, le Centre de formation des collectivités territoriales (CFCT) a abrité le jeudi 22 mars 2018, l’ouverture des travaux de la 3ème conférence annuelle des agences de développent régional. L’objectif général de cette 3ème conférence est d’apprécier la performance des agences de développement régional (ADR) et de réaffirmer la volonté du gouvernement d’approfondir la décentralisation.

L’ouverture des travaux a été présidée par le ministre des collectivités territoriales, en tant que représentant du Premier Ministre. C’était en présence du ministre du développement local, les directeurs généraux des agences de développement régional, le représentant des partenaires techniques et financiers. Ainsi que d’autres personnalités.

Alhassane Ag Moussa a rappelé que le renforcement du rôle de la région comme stratégie pour approfondir la décentralisation au Mali, a été retenu lors des Etats Généraux de la décentralisation tenus en octobre 2013. Selon lui, cette orientation a été réaffirmée par le Chef de l’Etat qui a souhaité que, durant son mandat, la vocation économique de la région soit réaffirmée afin qu’elle serve de point nodal pour accélérer le développement de notre pays.

Le ministre a déclaré que la réussite du processus de décentralisation repose sur la capacité des collectivités territoriales à jouer pleinement leurs rôles en matière de fourniture de services de base aux populations et d’assurer la promotion du développement économique. Pour assurer cette mise en capacité des collectivités territoriales, selon lui, le gouvernement du Mali s’est résolument engagé dans le renforcement des capacités de la collectivité, de la région, à travers la signature de contrats Plan Etat-Région ou District de Bamako, augurant ainsi un nouveau type de relations avec les collectivités territoriales, basé sur le partenariat et assurant une possibilité des ressources.

Ainsi, selon lui, le gouvernement est heureux et réconforté de savoir qu’à ce jour six régions (Sikasso, Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao et Kidal) ont signé leur contrat Plan d’un coût total de 19 milliards de franc CFA. Également, il a indiqué que des dispositions sont en cours en vue de la signature des contrats plans des régions de Kayes, Koulikoro et le district de Bamako au cours de l’année 2018.

En vue d’impulser ce processus, dira le ministre Ag Moussa, le gouvernement s’attelle à transférer aux collectivités territoriales 30% des recettes budgétaires à l’horizon 2018, suivant un agenda échelonné comme suit : 24% en 2017, pour 8 points de pourcentage d’augmentation entre 2016 et 2017, 30% en 2018, pour 5,3 points de pourcentage d’augmentation entre 2017 et 2018.

Il faut noter que, le renforcement du rôle de la collectivité région passe aussi par un accroissement des moyens humains et techniques. Dans cette perspective, selon lui, une étude a été réalisée en vue de définir les modalités pratiques du transfert de certains services déconcentrés de l’Etat aux collectivités territoriales. Il a précisé qu’à ce jour, les conclusions de cette étude sont concrétisées par l’élaboration d’un projet de décret portant transfert des services déconcentrés de l’Etat aux collectivités territoriales qui sera soumis dans un bref délai à l’adoption du conseil des ministres.

Malgré les progrès réalisés, de nombreux défis restent à l’effet de maintenir le processus de décentralisation à un seuil d’irréversibilité. Ces défis sont de plusieurs ordres notamment, politico-institutionnel, technique, financier et matériel. Il a félicité et encouragé les directeurs généraux des agences de développement régional pour l’exercice efficace des fonctions combien difficiles qui sont les leurs.

Aussi, au nom du Chef de l’Etat, il a remercié les partenaires techniques et financiers pour les efforts louables qu’ils ne cessent d’apporter pour soutenir le développement du Mali, en général et le processus de la décentralisation en particulier. Avant de réaffirmer la volonté du gouvernement d’aider les agences.

Aussi, il faut signaler que l’exécution des chantiers de la décentralisation exige des moyens s tant en ressources financières, humaines que techniques. Pour cela il a exhorté tous les acteurs et principalement les agences de développement régional à œuvrer pour plus de synergies et de complémentarité dans les interventions.

Pour sa part, Soumana Mory Coulibaly, ministre du développement local, a souligné les enjeux de cette 3ème conférence annuelle. Il dira que « les ADR sont le bras technique du développement local, ce sont eux qui élaborent les programmes de développement économique et social pour les communautés ». Il a ajouté que l’arrivée des ADR dans le cadre de la décentralisation a permis de faire changer beaucoup de choses dans le secteur. Pour lui cela explique la tenue de cette 3ème conférence annuelle. Le ministre Coulibaly a précisé que lors de cette rencontre, il sera question de discuter avec les agences du développement régional de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao et Kidal. Il a indiqué que dans l’avenir, ils vont créer les agences de Ménaka et de Taoudéni. Après trois ans d’existence, selon lui, le bilan est positif parce qu’elles répondent aux attentes des gens qui étaient pressés de se voir aider à faire leur programme.

Après la phases d’installation et de démarrage des ADR, la 3ème conférence annuelle d’après sera, selon lui, l’occasion pour les directeurs généraux et les Présidents des conseils d’administration de faire l’état des lieux des ADR et de partager avec les acteurs les initiatives et actions envisagées pour donner un réel élan aux ADR dans l’appui aux collectivités territoriales. Elle sera aussi l’occasion pour les plus hautes autorités de réaffirmer leur volonté de faire des ADR des instruments adaptés aux besoins spécifiques des collectivités territoriales et de donner les indications et orientations nécessaires pour leur fonctionnement.

Aux dires du ministre Coulibaly, les résultats attendus de cette conférence sont : les bilans d’exécutions des programmes d’activités et des budgets 2017 des ADR sont partagés, les participants à la conférence annuelle ont validé les programmes d’activités et des budgets 2018 des ADR, des recommandations sont formulées pour améliorer l’efficacité et la pertinence des interventions des ADR, les appuis des partenaires au développement pour l’accompagnement des ADR sont annoncés.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !