Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Campagne Présidentielle 2018 : De retour de Kidal, Mme kanté Djenaba N’diaye devient l’avocate des femmes

dimanche 15 juillet 2018

« Les femmes de Kidal manquent de tout. Elles n’ont pas de Centres de santé dignes de nom. Elles n’ont pas d’écoles pour l’éducation de leurs enfants. Elles n’ont pas accès à l’eau potable et à l’électricité comme il se doit ». La déclaration a été faite par Mme Kanté Djenaba N’diaye, candidate à l’élection présidentielle du 29 juillet 2018, au cours d’une conférence de presse qu’elle a animé le 15 juillet 2018, pour faire le bilan du lancement de sa campagne à Kidal.

« En notre qualité de seule candidate femme parmi les deux douzaines de candidatures, nous avons volontairement faire le choix pour aller lancer notre campagne à Kidal, afin de recueillir les problèmes et les préoccupations urgentes des femmes de la capitale des IFOGAS », a indiqué Mme Kanté Djenaba N’diaye. Avant d’ajouter que depuis des années, ce sont les femmes, les enfants et les jeunes de Kidal qui souffrent énormément des conséquences de la crise.

Au cours de son séjour de 72 à Kidal, Mme Kanté Djenaba N’diaye, en plus des jeunes et des femmes, auraient rencontré des notabilités, rendu visite à la famille Intallah et reçu la visite de Bilal Ag Cherif.

Après avoir salué l’ensemble de la population de Kidal pour leur accueil et l’hospitalité qui leur a été réservée, Mme Kanté Djenaba N’ diaye a estimé que la population de Kidal manque de tout. Selon elle, les femmes de Kidal n’ont pas de Centres de santé dignes de nom. En plus de l’absence de l’administration, elle dira qu’elles n’ont pas d’écoles pour l’éducation de leurs enfants et n’ont pas accès à l’eau potable, encore moins à l’électricité comme il se doit.

« Quand nous avons décidé d’aller à Kidal, nombreux sont mes proches qui étaient inquiets. Mais, je vous assure que nous avons eu des oreilles attentives dans cette partie du Mali, où il y a une population exceptionnelle », a indiqué la candidate Mme Kanté Djenaba N’diaye.

Selon elle, ce sont les populations de Kidal qui ont reçu et sécurisé sa délégation de 4 personnes, du mercredi 11 au vendredi 13 juillet 2018. « Nous n’avons pas logé dans un hôtel. On fait notre séjour dans la famille de la femme leader de Kidal et notre sécurité était assurée par la population.

« Au regard du sens de notre visite à Kidal, il était hors de question de se faire escorter par des éléments des FAMA ou des éléments des forces étrangères. Pour nous, nous allons voir nos frères et sœurs de Kidal, comme lorsque nous nous déplaçons pour aller voir nos frères et sœurs dans un quartier de Bamako ou dans une autre capitale régionale du pays. Et, cela se fait toujours sans escorte », a-t-elle ajouté. Avant de déclarer qu’avec les femmes de Kidal, elles ont décidé de se donner les mains pour sortir le pays de cette impasse qui bloque tout le développement. « Entre citoyennes maliennes, nous avons discuté et nous sommes compris », a-t-elle précisé.

Elle a ensuite invité toutes les femmes des autres régions du Mali a réviser le regard qu’elles portent sur leurs sœurs de Kidal, qui ont clairement dit qu’elles avaient les mains tendues pour construire avec leurs sœurs du sud la paix et travailler au développement du pays.

Tout compte fait, Mme kanté Djenaba N’diaye est très satisfaite de son séjour à Kidal, où elle a pu, selon elle animé un meeting avec au moins 1000 femmes et 1000 jeunes. Et, pour mettre un accent sur l’engagement de la population de Kidal à ses côtés, elle dira que ce sont des jeunes de Kidal qui sont venus prendre les 2000 affiches qu’elle avait, pour aller les placarder dans toute la ville avant le levé du jour. « Je suis heureuse de ma sortie sur Kidal, parce que je suis allée à ma façon garantir la cohésion nationale », a-t-elle indiqué. Avant d’inviter les 23 autres candidatures masculines à y faire un tour, parce que la seule femme candidate a déjà balisé le terrain. « Les candidats hommes, après mon voyage sur Kidal, vous pouvez y aller maintenant. La population est prete à vous recevoir, mais après la femme candidate présidente à l’élection présidentielle », a-t-elle conclu.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !