• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Force conjointe du G5 Sahel : Prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, à l’ordre du jour

    La Minusma, l’OHCHR, le G5 Sahel et l’UE, se sont donnés la main pour renforcer les capacités de la Force conjointe du G5 Sahel en matière de prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Communiqué de

    Transhumance dans les groupes armés : Des éléments du Gatia trouvent refuge au HCUA

    Décidément, le Mali vit à l’heure des démissions. « Je démissionne de ce machin pour aller adhérer à cet autre machin », est désormais devenu une litanie familière aux maliens. La pratique jusque-là réservée au politicien, vient de gagner les mouvements armés au

    Mouvement ON A TOUT COMPRIS « Waati Sera » : « Nous ne sommes point des extrémistes »

    « Nous ne sommes point des extrémistes, nous estimons que nos interrogations à l’endroit de la diplomatie française et notre appel au respect des valeurs républicaines méritent des réponses idoines de la part de la France. Donc, c’est une façon à nous, d’exprimer

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    CEDEAO : Le secteur privé sénégalais s’oppose à l’adhésion du Maroc

    lundi 30 octobre 2017 , par Assane Koné

    Après avoir perdu l’espoir de rejoindre l’Union Européenne, le Maroc de Mohammed VI se tourne vers l’Afrique et exprime sa volonté à intégrer la communauté économique des états d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), pourtant, le Sénégal continue de s’opposer à cette décision. Quelles en sont les raisons au juste ?

    Le 16 décembre prochain aura lieu à Lomé, au Togo, la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement, qui a déjà donné son accord de principe, pour se prononcer sur la question de l’adhésion du Maroc à la CEDEAO. Après sa visite à Rabat en juin dernier, le président de la commission de la CEDEAO, Marcel Alain De Souza avait répondu favorablement à l’appel du Maroc de rejoindre la communauté économique des états de l’Afrique de l’Ouest, via un courrier officiel exprimé par le Roi Mohammed VI, annonçant entre autres l’intégration d’une nouvelle monnaie qui deviendra unique à l’ensemble des états membres.

    Même si De Souza a confirmé que toutes les démarches juridiques et administratives sont prêtes à accueillir le Maroc dans sa nouvelle famille économique, le Sénégal, notamment le secteur privé de ce pays, est un des membres qui semble s’opposer à cette adhésion en affirmant que cette décision aura de lourdes conséquences sur l’économie de cette région.

    Le Maroc, danger réel pour la CEDEAO … Vraiment ?

    « Si le Maroc adhère à la communauté économique des états de l’Afrique de l’Ouest, la compétitivité subira un grand choc au niveau l’économie sous-régional », affirme le comité des acteurs économiques privés au Sénégal, créé spécialement à cette occasion.

    Dans le Quotidien sénégalais EnQuête, l’adhésion du Maroc à la CEDEAO ne sera que suicidaire pour la force financière de la plupart des états membres, à l’exception du Nigeria. Ils seront « tous perdants », ajoute un journaliste dans ce quotidien. Le Sénégal mentionne également le risque de perdre les taxes douanières, suite à l’adhésion du Maroc, sans parler des pertes conséquentes dans plusieurs domaines clés de l’économie des pays membres comme l’agriculture, l’industrie, l’artisanat, le BTP, les travaux publics, etc.

    Si le Sénégal tire la sonnette d’alarme et s’oppose à l’adhésion du Maroc à la CEDEAO, c’est que leur instinct de survie économique serait dans le viseur, à cause, entre autres, d’un PIB marocain atteignant 101 Milliards de Dollars US, supérieur à lui seul à celui du Ghana, du Sénégal et de la Côte d’ivoire additionnés. Rappelons également l’hégémonie des produits marocains dans plusieurs secteurs comme le cas des oranges marocaines qui ont pris le dessus sur les clémentines de Pout et de Niayes, sans parler de l’oignon, des carottes, des pommes de terre ou du poivron, des produits très difficiles à concurrencer, surtout si le Maroc les impose dans cette région.

    Diallo Kane, président du comité du secteur privé sénégalais, rappelle que seule l’économie du Nigéria est capable de rivaliser avec le Maroc et que cette décision sera une erreur que le CEDEAO regrettera sans nul doute.

    https://www.lesinfos.ma/article/592...

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce