Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Bombardement sur la base de Bandiougou : Dan An Ambassagou accuse l’armée malienne

lundi 9 septembre 2019

Le vendredi 6 septembre 2019, Marcelin Guenguere, porte-parole de Dan An Ambassagou, assisté par les autres membres, a animé un point de presse à la Maison de la presse. L’objectif était d’informer l’opinion nationale et internationale que sa base de Bandiougou dans le cercle de Bandiagara à environ 30 km de Sévaré servant de cantonnement des combattants a été victime d’un bombardement mené par l’aviation de l’armée malienne pour la 4ème fois.

Il ressort du communiquer que ce bombardement fait suite aux attaques des camps de Kanibonzon, Koromatintin en 2018 et Wadoudoda et Djombolo en 2019 et le désarmement forcé que subit par les combattants de Dan An Bassagou quotidiennement. En effet, le jeudi 5 septembre 2019, aux environs de 14 heures, trois avions de l’armée malienne ont largué plusieurs dizaines d’obus sur la base de Dan An Ambassagou de Bandiougou. Le bilan provisoire enregistré est de 10 morts, des blessées, des dégâts matériels et des disparus.

Dan An Ambassagou condamne une fois de plus, avec la dernière énergie les bombardements perpétrés contre leurs bases ainsi que les arrestations et les désarmements forcés de leurs combattants. Tout acte qui compromet le processus de paix au centre du Mali. Elle demande la libération immédiate et sans conditions des chasseurs arbitrairement détenus. Et, exhorte le gouvernement du Mali et ses partenaires à diligenter une enquête impartiale et approfondie pour donner les vrais raisons de ces bombardements successifs.

« Une paix durable ne se décrète pas mais se négocie. Nous pensons qu’il faut d’abord désarmer les cœurs et les esprits avant de désarmer les mains pour aller au désarmement, démolition et une réinsertion de nos combattants », a déclaré le porte-parole de Dan An Ambassagou. Il dira que malgré leurs engagement pour la paix à travers ces différents actes, ils constatent que les autres partenaires notamment les milices Peulh et le gouvernement du Mali ne remplissent pas leur part d’engagement et leur volonté pour la paix.

Par conséquent, Dan An Bassagou exhorte le gouvernement du Mali à l’identification et la maitrise de tous les acteurs sur le terrain, le pré cantonnement partiel de toutes les milices, le dialogue directe et franc avec toutes les milices, l’élaboration d’un mémorandum, signature d’un accord de paix, le désarmement de toutes les milices et de Dan An Ambassagou, l’intégration ou la réinsertion socio-économique de tous les combattants et le cantonnement général.

« La population Dogon est victime d’un complot de déstabilisation et d’extermination par des ennemis de la paix. Face à cette situation incontrôlée par nos autorités, le peuple Dogon a été forcé à se défendre pour sa survie. Evitons donc l’amalgame, les Dogons sont les premières victimes de cette insécurité expressément créée et entretenue malheureusement par nos voisins », a-t-il fait savoir.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.