Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Alternance 2018 : SADI et PARENA s’engagent dans une unité d’action de l’opposition

vendredi 9 février 2018

Dans un communiqué conjoint à la date du 7 février 2018, les partis SADI et PARENA portent à la connaissance de l’opinion publique qu’ils se sont rencontrés le 29 janvier 2018. « Les deux partis s’engagent à œuvrer à l’unité d’action de toute l’opposition pour réaliser l’alternance en juillet 2018 en mettant en échec toute tentative de confisquer le suffrage populaire », indique en substance le communiqué conjoint. Lisez !

Communiqué conjoint SADI-PARENA

Ce mercredi 29 janvier 2018, une délégation du Parti pour la Renaissance Nationale (PARENA) conduite par son Président, Tiébilé Dramé et comprenant le 1er Vice-président Maître Amidou Diabaté et le Secrétaire Général Djiguiba Keita dit PPR, a été reçue au siège du Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) avec à sa tête le Président, Dr Oumar Mariko, accompagné du Secrétaire chargé des Finances et de l’Economie Yacouba Sogoba et du 2ème Secrétaire à l’Organisation Dora Cheick Diarra.

Les deux partis ont fait un large tour d’horizon de la situation politique et sécuritaire chaotique caractérisée par la recrudescence des attaques terroristes contre les symboles de l’Etat, les populations civiles du Nord et du Centre du pays, les Forces Armées et de Sécurité (FAMA) ainsi que les armées étrangères présentes sur notre sol, faisant de nombreuses victimes. Ils ont aussi procédé à une analyse approfondie des enjeux liés aux échéances électorales qui s’annoncent au cours de cette année.

Les deux parties ont exprimé leurs vives préoccupations sur les graves atteintes aux libertés fondamentales (liberté de réunion, de manifestation, d’opinion), l’ostracisme des medias publics (l’ORTM) vis-à-vis des Partis politiques de l’opposition, l’incapacité du Gouvernement du Président Ibrahim Boubacar Keita :

• à s’attaquer à la pauvreté et à la misère qui s’amplifient,
• à satisfaire aux revendications catégorielles légitimes des différents secteurs sociaux en lutte pour l’amélioration de leur condition de vie et de travail,
• à combattre la corruption érigée en mode de gestion politique et l’impunité en système de gouvernement.

Les deux partis ont insisté sur la nécessité d’apporter un soutien matériel accru aux FAMAS qui, malgré les discours lénifiants des autorités, restent sous-équipées, en proie à l’incurie et aux mouvements d’humeur des hommes de troupe sur fond d’injustice.

Les deux partis :

- Réaffirment leur attachement à la préservation de l’intégrité territoriale, de l’unité nationale et de la souveraineté du Mali ;
- Insistent sur la nécessité incontournable d’une reconstruction des Forces Armées et de Sécurité afin qu’elles accomplissent leur mission de défense et de sécurisation du territoire, de protection des personnes ainsi que de leurs biens ;
- Exigent un audit du fichier électoral afin de garantir des élections démocratiques, libres, transparentes, crédibles et inclusives ;
- Exigent l’égal accès des medias d’Etat (ORTM) aux forces politiques de l’opposition dans toute sa diversité, aux syndicats, à la société civile, pour élargir et développer le débat public, assurer un accès plus large des citoyens à l’information, la prise de parole directe, l’interpellation et le débat démocratique ;
- Conviennent d’approfondir les discussions bilatérales autour des questions nationales vitales comme la situation sécuritaire du pays, le retour de la paix, la réconciliation au sein des Forces Armées et de Sécurité du Mali sur la base d’une saine distribution de la justice et de la problématique des alliances politiques au Mali et en Afrique.

Le PARENA et SADI, conscients de la situation désastreuse dans laquelle se trouve le pays, accèdent aux initiatives tendant à la constitution d’un large front des forces politiques de l’opposition pour l’alternance lors des prochaines échéances électorales ;
Enfin, les deux partis s’engagent à lutter avec toutes les autres composantes politiques et syndicales de notre pays contre les dérives autoritaires et autoritaristes du régime, pour la préservation des libertés fondamentales chèrement conquises par notre peuple en mars 1991.

Ils s’engagent à œuvrer à l’unité d’action de toute l’opposition pour réaliser l’alternance en juillet 2018 en mettant en échec toute tentative de confisquer le suffrage populaire.

Bamako, le 07 février 2018
Pour le PARENA, Tiébilé Dramé
Pour SADI, Dr Oumar Mariko

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques