Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Ali Coulibaly, Directeur général des douanes : « L’objectif de 641 milliards de FCFA de recettes douanières en 2018, sera atteint »

mardi 6 février 2018

A l’occasion de la célébration de la journée internationale de la Douane, le Directeur général de la douane a animé le jeudi 25 janvier 2017 une conférence de presse accompagnée d’un déjeuner de presse.

« La fraude aux frontières dérange le dispositif de collecte, de recherche et engendre des pertes énormes pour le trésor public », a déclaré le directeur général des douanes. Il a ajouté que la fraude est une réalité, un combat perpétuel, éternel et permanent. Plus loin, il dire que la douane est un service de l’Etat, qui souvent à des contraintes de communication.

La douane malienne est-elle outillée suffisamment pour pouvoir réduire la fraude aux frontières ?

Pour répondre à cette question, Ali Coulibaly dira que réduire la fraude aux frontières n’est pas leur ambition, mais l’objectif est de mettre fin à ce phénomène. D’après lui l’Etat a consentis d’énormes efforts pour outiller les acteurs qui sont sur le terrain. Il a ajouté que d’autres actions sont en cours pour que les acteurs puissent être dotés suffisamment.

Quant à l’outillage, de quoi s’agit-il ?

Pour répondre à cette question, il dira qu’aujourd’hui l’outillage s’interprète aussi bien en moyens humains, matériels et du dispositif. Plus particulièrement en ce qui concerne le dispositif selon lui leur administration est composée de 2 200 agents de toutes catégories et grades confondus.

Pour permettre l’exécution de notre mission dans le cadre de la réforme, selon son directeur, la douane malienne a fait ce qu’on appelle le maillage territorial. A ses dires ce maillage n’est pas le fruit du hasard. Car cette administration d’après lui n’est autre chose que la succession des procédures. Pour dire que lorsque vous importez une marchandise, vous êtes obligé de passer par des étapes jusqu’à l’assignation du régime douanière. « Pour ce faire nous avons des bureaux frontières, des postes générant des recettes », a déclaré Ali Coulibaly. A cela ajoute-t-il « nous avons des dispositifs consulaires pour prendre en charge les marchandises ». Il dira que ce sont les unités mobiles motorisées qui font le maillage pour pouvoir faire des jonctions afin que les dispositifs ne soient pas gênés et que cela nécessite une formation continue.

« Notre administration en tant que corps paramilitaire joue sa partition et au prix de la vie de pas mal de ses éléments », a-t-il dénoncé. Il a indiqué qu’ils en ont beaucoup perdu entre l’année 2017 et cette année. « D’autres nous appellent soldats de l’économie, mais cette mission ne peut être exercée efficacement que lorsque nous nous intéressons à la mission sécuritaire », a-t-il fait savoir. Avant de de dire que ce qui explique la création d’une direction de renseignement et des enquêtes douanières composées de sections dédiées exclusivement à la lutte contre le trafic de drogues, des armes et la criminalité internationale organisée. Il est à noter qu’à cela s’ajoute la brigade fluviale.

Le directeur général des douanes a indiqué que toutes les recettes des années qui ont précédé l’année 2018 ont été mobilisées. En ce qui concerne l’année 2015, ils ont mobilisé la somme de 523 milliards de FCFA. Pour l’année 2016, 525 milliards de recette ont été mobilisés. Pour ce qui concerne l’année 2017, ce sont 585 milliards qui ont été mobilisés. Cette année, il est demandé de mobiliser 641 milliards de recettes douanières. Le directeur des douanes a rassuré qu’ils vont faire tout ce qui est dans leur pouvoir pour atteindre l’objectif. Il a terminé son intervention en disant que le travail d’un douanier c’est de toucher à tout.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !