Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Algérie : une « chasse à l’homme noir » qui fait scandale

jeudi 8 décembre 2016

Bloqués entre leur pays honni et une Europe onirique, des milliers de migrants subsahariens sont la cible, en Algérie, d’une véritable chasse à l’homme depuis le 1er décembre. Des méthodes d’expulsion expéditives qui inquiètent les défenseurs des droits humains…

Si la réputation de l’Afrique subsaharienne s’est longtemps construite autour de ces safaris animaliers où des touristes du Nord viennent poursuivre des animaux exotiques, l’Algérie semble passée maître dans une traque dont le gibier – lui aussi d’Afrique subsaharienne – est humain. Rien à voir avec « Hunger Games » et son scénario morbide, mais l’opération indigne tout de même nombre de défenseurs des droits humains. Essentiellement concentrée sur la capitale, une vaste « battue » a débuté le 1er décembre. Objectif : rafler et expulser au moins 1 400 migrants ouest-africains du territoire algérien. Les arrestations conduisent à des cantonnements temporaires dans des camps de la périphérie ouest d’Alger ou de Tamanrasset, dans le grand Sud.

Ce n’est pas la première fois que le gouvernement algérien entreprend ce genre de bannissements musclés. Pendant les fêtes de l’année 2014, c’est dans la ville d’Oran que les forces de police avaient ciblé les Nigériens en situation irrégulière, arrêtant indistinctement des milliers d’hommes noirs. Au mois d’août dernier, ce sont plus de 400 migrants maliens qui avaient été rapatriés de Tamanrasset à Bamako.

Supposé nirvana européen

Même si des traitements inhumains à l’égard des Subsahariens sont déjà régulièrement dénoncés dans la société algérienne, la nouvelle traque massive est particulièrement inquiétante. Ce dimanche, le Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique, Snapap, dénonçait « la plus grande chasse à l’homme noir depuis l’indépendance ».

À ce jeu de cache-cache, tout le monde n’a pas souhaité participer. Dans la capitale algérienne, pourtant, des milliers de clandestins subsahariens en sont réduits à se cacher, suscitant l’interrogation des observateurs de passage : pourquoi vivre ainsi dans un environnement hostile ? C’est que l’Algérie, prétendue antichambre du supposé nirvana européen, est un temporaire qui s’éternise pour bon nombre de Nigériens, Nigérians, Libériens, Camerounais, Guinéens ou Maliens. Bloqués dans leur périple vers l’Union
européenne, ils s’enlisent dans la clandestinité, organisant leur vie dans des chantiers devenus tout à la fois lieux de travail et lieux de résidence, entre le marteau d’une Europe franchement inamicale et l’enclume d’une Afrique subsaharienne pas forcément très accueillante…

Damien Glez
http://www.jeuneafrique.com/381265/...

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de